Les chroniques d'Ouranos
Bienvenue sur Les Chroniques d'Ouranos, cher visiteur...

En ce moment sur le forum :

~ Les cours viennent de débuter au Sanctuaire, ils n'attendent que vous pour poursuivre...

~ Banquet de début d'année : tout le monde est convié et les cours ne vont pas tarder...

~ Vous voulez enseigner ? Venez voir les postes de maîtres disponibles ! Nous vous attendons !

De belles aventures t'attendent, de grandes découvertes...

Ne tarde pas...

Rejoins nous vite !

Les chroniques d'Ouranos

Pour contrer la menace du pays de Catharsis, les divinités ont bâtit un sanctuaire où les élus des Dieux se réunissent... Ferez-vous partie de l'aventure ?
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le passé rattrape toujours le présent... C'est inévitable... [PV Iule]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mhiryo Itora
~ Fondateur ~
~ Fondateur ~
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 09/10/2010
Age : 22
Localisation : Archeos

Feuille de personnage
Pouvoirs: Transformation en loup noir avec des yeux noisettes
Age: 27 ans
Métier: Dirigeant du Sanctuaire, "Prof principal" du Pavillon du Soleil et de l’Égide

MessageSujet: Le passé rattrape toujours le présent... C'est inévitable... [PV Iule]   Lun 4 Juil - 5:40

Une brise légère soufflait sur le pont du bateau. Depuis combien de temps il avait pris la mer ? Il ne s'en souvenait même plus, et il s'en moquait, seuls comptaient les jours le séparant du port d'Herintes. Il était partit sur un coup de tête, avait laissé derrière lui un simple mot sur le bureau de Danaé : "Occupe-toi bien du Sanctuaire pendant mon absence, je reviens bientôt. Ton grand frère adoré, Ryo.". Il était partit le lendemain matin après l'arrivée de la lettre de Iule, avec une seule envie : le voir, lui, et personne d'autre.

Parce que la lettre de son ami l'avait fait pleuré, seul dans son lit. Une lettre simple, brève... Peu de mots pour tout dire... Il acceptait Mhiryo tel qu'il était... Il voulait le voir... Mieux encore, le dirigeant allait le ramener avec lui au Sanctuaire... Iule lui avait demandé, il avait tout simplement - bêtement ? - accepté.

Il voyait la terre depuis quelques heures déjà. La nuit serait là assez rapidement... Il espérait rentrer sur l'île demain pendant la nuit au plus tard. Laisser sa cadette s'occuper de tout sans sa présence l'énervait grandement mais après tout... Ce n'était pas pour rien qu'il l'avait laissée. D'ailleurs, en y pensant, il allait devoir les présenter... Il appréhendait un peu ce moment. Allaient-ils s'entendre ? Il le fallait. Danaé connaissait très bien Mhiryo, mais il ne s'était jamais laissé avec elle, gardant toujours un masque quand il était à ses côtés... C'était idiot, mais il pensait qu'il était de son devoir de grand frère de se montrer toujours fort, sûr de lui... Alors que de l'autre côté, Iule le connaissait aussi bien que la jeune femme sauf que lui connaissait un Mhiryo entier... Le seul être d'Ouranos a connaître un Mhiryo sans masque, un Mhiryo qui était lui-même et qui se laissait aller... Que s'était-il passé pour que l'aldarien se comporte ainsi avec son ami ? Il ne savait pas, c'était comme ça, c'est tout.

Le marin l’apostropha :

- Dites Monsieur, voulez-vous bien m'aider ?!

Le directeur se retourna et offrit un sourire radieux au capitaine de bateau. Il avait choisi l'embarcation la plus rapide et avait pris le marin le plus expérimenté, inutile de surchargé en poids le navire avec de la main d'oeuvre en plus.

- Bien sûr, je vous suis !

Il observa les gestes de l'homme avant de les répéter pendant que l'autre s'affairait à autre chose. C'était une expérience assez originale que d'aider un homme cinquantenaire à manier son embarcation avec un telle assurance. Mhiryo était déjà fier de ne pas avoir le mal de mer, alors l'aider... Il n'y aurait jamais songé...

Quand ils arrivèrent enfin au port de la capitale d'Aldaria, le soleil se couchait paisiblement arrachant un sourire amusé et nostalgique au jeune homme qui s'était tourné vers la mer. Cette couleur... Ce charme... Un léger soupire et il se retourna vers la ville. Rien n'avait changé... La ville trônait sur sa colline, orgueilleuse et fière. Ses reflets d'or orangé lui donnait l'impression d'être couverte du précieux métal. A ses pieds s'étendaient les plages où des vagues s'écrasaient, comme désespérées. Il fit un signe de la main au vieil homme qui resté sur son bateau et commença à marcher le long du port. Il n'était pas très fréquenté, quoi de plus normal, une guerre avait été annoncée, certes depuis un moment mais les gens préféraient rester en sécurité dans les murs du Joyaux d'Aldaria...

Mhiryo continua d'avancer, ce n'était plus le port en lui-même mais les plages environnantes qu'il foulait. Trouverait-il Iule ? Oui, il le trouverait, il le savait, il le trouvait toujours. Il s'arrêta brusquement. Mais peut-être qu'il l'attendait sur une de leur plage... Quel idiot ! Se n'était pas le bon côté qu'il avait pris, il aurait dû partir dos à la ville, comme lorsqu'ils marchaient pour oublier les longues journées d'entraînement, les longues journées d'efforts... Il fit demi-tour et courut. Il passa devant le port à toute allure, se demandant même si ses pieds touchaient bien le sol. Il continua quelques minutes, courant le plus vite possible quand enfin il aperçut une silhouette se découpant sur le bord de la plage. Il s'arrêta, à bout de souffle. Son regard noisette rivé sur l'homme assis dans le sable, la tête posée sur ses genoux... Le dirigeant s'approcha, sans faire de bruit, chaque pas s'enfonçant dans la poudre avec douceur. Il fit un nouvel arrêt, juste derrière celui qui semblait être son ami. Il regarda un instant la mer avant de souffler :

- Ça me rappelle un peu la première fois qu'on s'est parlé... Pas toi ?

L'homme aux cheveux d'or bondit sur ses pieds avant de pivoter vers Mhiryo.

- Il pleurait des larmes de verre...

Un fin sourire se dessina sur les lèvres du dirigeant. Ce visage, ce regard, ces cheveux, cet homme en fait... Pourquoi était-il parti ainsi ? Pourquoi avait-il agit comme il l'avait fait ? Ses yeux noisette plongèrent dans ceux de Iule.

- Et quand elles atteignaient la terre...

Sa voix avait tremblé, pour ça aussi il s'en voulait. Il aurait voulu le prendre dans ses bras et le serrer de toutes ses forces, lui dire qu'il le voulait toujours avec lui parce que sans lui il n'avançait plus de la même manière mais il resta muet. Après tout, ces paroles pourraient porter à confusion... Mhiryo n'avait jamais oublié les sentiments de Iule à son égard, et tenir de tels propos pourraient blesser le soldat encore plus qu'il l'était...

~~~~~~~~
~ BREAK THE LIMIT
Realise your power. Fight your life or regret it. ~




Tigre, tigre ! brillant et brûlant,
Dans les forêts de la Nuit
Quelle main, quel oeil immortels
Purent fabriquer ton effrayante symétrie ?


° Dark Vador °
¤ Empereur Kiwi ¤
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniquesdouranos.forumactif.com
Iule Laetus
~ Humain ~
~ Humain ~
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 16/06/2011
Age : 22
Localisation : Aldaria

Feuille de personnage
Pouvoirs: Une sorte de bouclier contre de nombreux dons...
Age: 27 ans
Métier: Palefrenier

MessageSujet: Re: Le passé rattrape toujours le présent... C'est inévitable... [PV Iule]   Mar 5 Juil - 2:52

Iule marchait dans la ville. Bruyante, active, rayonnante... Herintes comme il aimait la voir : puissante. Il avait quitté la villa après leur repas du midi, dans une ambiance familiale. Ses parents, ses soeurs et leurs époux... Les oncles et tantes, les cousins - dont Caius -étaient venus également. Ce n'était pas tous les jours où toute la famille Laetus était réunie. C'était dans cette ambiance festive que le jeune homme avait fait son annonce : il quittait l'armée. Une énorme erreur du point de vue des anciens... Mais à quoi cela lui servirait d'être encore dans l'armée lorsqu'il serait parti avec Mhiryo ? Il pris le chemin du camp, passant par les ruelles insalubres où maisons closes et bars se mélangeaient au plus grand bonheur des habitués. Il rentra dans une des auberges et alla s'asseoir devant le comptoir. Un homme plus âgé que lui, bedonnant le regarda d'un oeil pétillant.

- Alors mon p'tit Iule... Je te sers la même chose que d'habitude ?

Une jeune femme aux cheveux roux et aux yeux vert émeraude s'approcha de lui, une coupe à la main.

- Tiens, ça te changera les idées !

Elle posa le verre devant lui et passa ses mains autour du cou en l'embrassant avec fougue. Le soldat repoussa froidement la belle rousse.

- Chuis pas venu pour ça... Il se leva et fixa le patron dans les yeux. Je quitte la capitale... Et je doute que l'on se revoie un jour...

- D'abord Mhiryo... Ensuite toi... Mes grands amis me fuiraient-ils ?

- Non... Je... Tu n'as rien avoir avec tout ça... C'est juste que... J'en ai marre de vivre ici... Trop de souvenirs sont présents... Je pars, c'est tout...

L'homme acquiesça sans rien dire sous le regard outré de la femme aux yeux verts.

- Comment peux-tu me faire ça !? On était ensemble ! Quatre mois ! C'est rien pour toi !! L'armée aurait-elle à ce point rendu ton coeur comme la pierre ?!

Comment lui dire sans la blesser... Comment lui expliquer et lui faire comprendre... Que pendant tout ce temps, pendant tout le temps qu'il avait été avec... Pas une seule fois il n'avait pensé à elle...

- Lavinia... Avoir accepté tes avances fut une lourde erreur... Je n'aurais jamais dû pour la simple et bonne raison que je n'ai jamais été amoureux de toi... Tu m'as servi à oublier quelqu'un... Quelqu'un qu'on ne peut pas oublié... Pardonne-moi de t'avoir utilisé...

Il baissa les yeux et sortit du bâtiment. Ce n'était pas son genre de faire souffrir ainsi les gens... Et pour cela il s'en voulait. Il pressa l'allure. Dans quelques heures il ferait nuit... Certes il avait le temps, le soleil n'était pas encore entrain de se coucher... Mais il fallait en finir, rapidement. Il traversa les plantations de tentes pour arriver devant celle de son supérieur, deux hommes se tenaient devant.

- M. Fulvius n'est pas là pour le moment...

- Peu m'importe en fait... J'aimerais simplement que vous lui remettiez cette lettre, sans l'ouvrir bien entendu... Est-ce possible ?

- Bien sûr Monsieur... Faudra-t-il vous avertir lorsqu'elle aura été lue ?

- Inutile... Il ne sera même pas obligé d'y répondre... Au revoir...

Les deux soldats le saluèrent et il quitta les lieux. Iule traîna le long des plages, marchant là où ses pas le portaient. Devant le port, plus loin encore... Les yeux rivés vers le sable, des questions pleins la tête... Mhiryo avait-il eu sa lettre ? Quand ce dernier arriverait-il ? D'ailleurs viendrait-il seulement ? Oui, c'était obligé... Il viendrait, d'une façon ou d'une autre, un jour ou l'autre... Il viendrait...

Il s'arrêta enfin, faisant face à la mer orangé. Un léger coup de vent fit balayer ses cheveux devant ses yeux. L'ancien soldat s'assit sur la plage, passa ses bras autour de ses jambes qu'il avait replié et continua de regarder les vagues se coucher paresseusement sur le sable fin. Tellement absorbé par leur mouvement régulier qu'il n'avait pas entendu une personne arrivée. Elle prit la parole. Cette voix... SA voix... Il avait bondit sur ses pieds sous l'effet de la surprise et avait pivoté pour se retrouver face à cette connaissance perdue de vue si peu de temps...

- Il pleurait des larmes de verre...

Il fixait le visage magnifique de son ami. Un sourire y apparut, amusé... Et il savait pourquoi... C'était quelque chose qu'ils adoraient... Ils se l'étaient si souvent répété... La première fois c'était lui qui avait dit les deux premiers morceaux... Aujourd'hui le tout s'inversait...

- Et quand elles atteignaient la terre...

- Cela faisait une musique...

Il avait perçu le tremblement dans la voix de Mhiryo. Ses yeux d'un bleu océan capturèrent le regard noisette du dirigeant. Quelques secondes passèrent avant qu'il se décide à bouger de nouveau. Il fit un pas, achevant de détruire la distance qui les séparait. Un larme roula le long de sa joue et il enfouit son visage dans le cou de l'homme qui l'aimait. Il passa ses bras autour du corps de ce dernier pour l'enlacer et le serra contre lui.

- Angélique et fantomatique...

Il resta un moment encré au cou de Mhiryo. Son esprit était vide, plus désertique qu'un désert... Peut-être que son ami n'était pas amoureux de lui parce qu'il était trop sensible et émotif... Après tout, c'était le genre d'homme assez fort pour ne jamais montrer ses faiblesses alors que lui... Lui se laissait facilement gagner par ses émotions, cela le rendait vulnérable et le faisait passer pour quelqu'un de faible... Ce qu'il n'était pas...

- Oui c'est vrai... Sauf que toi tu m'avais entendu arriver même si tu priais... Il fit une pause puis repris. Heureux d'être de retour au pays ?

Il avait senti Mhiryo lui rendre son étreinte, une vague de chaleur l'avait parcourut instantanément. Il voulait rester ainsi, pour toujours... Il savait que ce n'était pas possible... Mais tout le monde avait le droit de rêver...
Revenir en haut Aller en bas
Mhiryo Itora
~ Fondateur ~
~ Fondateur ~
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 09/10/2010
Age : 22
Localisation : Archeos

Feuille de personnage
Pouvoirs: Transformation en loup noir avec des yeux noisettes
Age: 27 ans
Métier: Dirigeant du Sanctuaire, "Prof principal" du Pavillon du Soleil et de l’Égide

MessageSujet: Re: Le passé rattrape toujours le présent... C'est inévitable... [PV Iule]   Dim 11 Sep - 7:34

Quatre mots... Puis un étaux s'était refermé sur lui. Les bras de Iule était pareil à des cordes auxquelles on aurait mis feu lui brûlant la peau malgré la présence du vêtement. Il resta d'abord de marbre, revoyant cette larme roulée le long de la joue de son ami puis après quelques secondes il finit par rendre cette étreinte. Il se sentait lui-même avec cet homme... Comme s'il n'avait pas besoin de se cacher... de faire semblant... Un large sourire se dessina sur ses lèvres quand il entendit son ami parler. Il patienta encore un peu avant de se dégager de l'étreinte de Iule qui se détacha à regret.

- C'est parce que je suis pas humain... Sinon t'aurais pu me surprendre...

Une lueur malicieuse dansait dans le regard noisette de Mhiryo. Il détailla son ancien compagnon : ces cheveux avait légèrement poussé depuis qu'ils s'étaient quittés, sa peau était toujours aussi halée, ses yeux toujours aussi magnifiques... Actuellement d'un bleu abyssal qui trahissait son bonheur, elle donnait un air mature à son visage juvénile. Comment pouvait-il dire que cette couleur montrait le bonheur de son frère d'armes ? Tout simplement parce qu'il connaissait chaque nuance de couleur de ce regard, chaque sentiment et émotion qui se cachait derrière chaque nuance... Il avait été hypnotisé par ces yeux si particuliers environ neuf ans auparavant et depuis il avait appris à les connaître...

Il fronça légèrement les sourcils. Iule avait eu beaucoup d’influences sur lui... Bien plus que personne n'en aurait jamais... Pourquoi... ? Il chassa cette pensée de son esprit.

- Ouais... Ca fait un moment que j'étais pas venu... Et c'est toujours aussi magique... Et j'aurais jamais pensé que tu m'accueillerais ! lança-t-il rieur avant de reprendre plus sérieusement. Tu sais, je pensais pas que t'allais autant me manquer... J'suis content de te revoir... Vraiment...

Le loup-garou se détourna de l'humain pour s'approcher de l'eau teintée d'or. Il se baissa pour la frôler de ses doigts fins en souriant toujours aussi joyeusement et il tourna la tête pour voir son ami.

- Quoi de beau depuis mon départ ? L'armée, la taverne de Calinius, les amours...

Sans vraiment savoir pourquoi, il sentait qu'il avait été trop loin malgré leur longue amitié... Il réprima un air désolé et muni d'un petit air fripon, il s'approcha de Iule, le prit par la manche et l'entraîna en courant dans la mer. Une gerbe d'éclaboussure les mouilla rapidement alors qu'ils s'étaient enfoncés jusqu'à la taille dans le liquide aux reflets orangés. Mhiryo piqua la tête sous l'eau pendant quelques secondes avant de ressortir pour reprendre son souffle. Ses cheveux noir comme la nuit tombaient dans son dos comme une cascade, ces vêtements blancs et légers lui collaient au corps mettant en valeur ces muscles. Il était radieux... Oui, il avait déjà eu cet air radieux, ce n'était pas nouveau, mais celui-ci était souvent qu'une apparence... Cette fois-ci il exprimait vraiment les sentiments du dirigeant... Qui se sentait vivant à cet instant, comme si plus rien d'autre n'existait mis à part lui et Iule...

~~~~~~~~
~ BREAK THE LIMIT
Realise your power. Fight your life or regret it. ~




Tigre, tigre ! brillant et brûlant,
Dans les forêts de la Nuit
Quelle main, quel oeil immortels
Purent fabriquer ton effrayante symétrie ?


° Dark Vador °
¤ Empereur Kiwi ¤
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniquesdouranos.forumactif.com
Iule Laetus
~ Humain ~
~ Humain ~
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 16/06/2011
Age : 22
Localisation : Aldaria

Feuille de personnage
Pouvoirs: Une sorte de bouclier contre de nombreux dons...
Age: 27 ans
Métier: Palefrenier

MessageSujet: Re: Le passé rattrape toujours le présent... C'est inévitable... [PV Iule]   Sam 12 Nov - 0:10

La réponse de Mhiryo résonna un long moment dans ses oreilles... Il lui avait manqué... Lui, simple soldat, simple humain... Lui, Iule... Mais il ne fallait pas qu'il se méprenne, ce manque était là simplement amical... Une vague de tristesse le submergea, lui faisait baisser les yeux. Pourquoi cela arrivait ? Pourquoi avait-il tenu à le revoir ? C'était douloureux et inutile... Pour le loup garou il n'était rien de plus qu'un ami... un frère... Et tout s'arrêtait là... A quoi bon espérer autre chose ? A quoi bon continuer sur cette voie ?

- Quoi de beau depuis mon départ ? L'armée, la taverne de Calinius, les amours...

La voix l'arracha à ses pensées. Il n'eut que le temps d'ouvrir la bouche et de voir son frère d'armes, armé de cet adorable petit air fripon, le tirer vers l'eau. Ils furent trempés en quelques secondes, Iule était mi-amusé mi surpris. L'eau orangée lui arrivait à la taille, mouillant une partie de sa tunique noire. Dans quelques minutes il grelotterait, comme toujours... Un petit sourire se forma sur son visage tandis que Mhiryo plongeait sous l'eau. Lui au moins il ne risquait pas d'avoir froid ni de tomber malade... Le dirigeant du Sanctuaire remonta à la surface, sous le regard avide du soldat qui le dévora. Il croisa le regard noisette de celui qui lui faisait face, un regard pleinement heureux, qui fit élargir le sourire de Iule... Qui répondit enfin.

- Calinius s'en sors bien... Sa taverne est toujours aussi remplie... Je sais pas si elle y est plus parce qu'il faut avouer qu'une grande clientèle venait pour toi mais... Il a gardé le débit... L'armée... Ils recrutent toujours plus, la tension monte de plus en plus même si les habitants essayent de se voiler la face... J'ai passé quelques grades depuis que tu es parti... Et je suis presque au niveau de cet imbécile qui nous a "accueilli" à l'éphébie...

Il fit une pause... La dernière partie était la plus délicate... Il prit une longue inspiration et continua :

- Enfin j'étais, j'ai remis ma lettre de démission, cela m'étonnerait qu'ils apprécient qu'un gradé déserte à ce moment là mais je ne leurs laisse pas le choix... Pour mes amours... Disons que jusqu'à un peu plus tôt aujourd'hui j'étais avec une jolie rousse... Mais les choses ont fait que je l'ai quittée... Je... Je l'ai jamais aimée, alors c'était pas très difficile de la laisser... Juste que ça m'a fait de la peine pour elle... Tu sais que je déteste faire souffrir les autres...

Il se tut, gêné de raconter sa vie ainsi... Mhiryo ne lui en demandait pas tant mais il avait tellement confiance en lui qu'il laissait venir les mots, sans les retenir... Il sentait le regard interrogateur de son ami qui devait vouloir les raisons... Iule plongea ses yeux bleus dans les yeux marron de son interlocuteur.

- Tu... Tu sais... Depuis que tu m'as dit que toi tu n'éprouvais pas plus que de l'amitié pour moi... J'ai voulu me persuader que mon amour pour toi partirait, que je finirais pas te voir seulement comme un ami... Ton départ brutal a été le début d'une nouvelle vie si j'peux dire... J'ai voulu t'oublier Mhiryo... Te fuir, te maudire, te haïr... Mais... Je n'y arrivais pas vraiment... C'est pour ça que je suis allé avec Lavinia... J'ai pensé qu'elle pourrait me faire oublier...

Des larmes coulaient le long de ses joues. Pourquoi lui racontait-il tout ça ? Encore une fois c'était douloureux et inutile... Gênant, honteux... Mais peut-être que, si l'on cherchait bien, dans le fond, cela était nécessaire pour pouvoir regarder l'homme qu'il aimait en face... Sa voix tremblait, contenant les sanglots comme il pouvait...

- Mais on ne peut pas oublier la personne qui nous est la plus chère comme ça... Et... Quand j'ai reçu ta lettre... J'ai pas réfléchit... Pardon... Pardon de te dire tout ça, pardon de t'aimer, pardon pour beaucoup de choses... Je sais que ton point de vue n'a pas du changer en quelques mois... Et moi je te mets dans une situation plus que délicate... Vraiment je suis nul... Je gâche notre amitié... Je m'en veux...

Iule se détourna. Il respira une grande bouffée d'air frais et commença à se rapprocher du rivage... Heureux et malheureux, libéré d'un poids et écrasé par un autre...
Revenir en haut Aller en bas
Mhiryo Itora
~ Fondateur ~
~ Fondateur ~
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 09/10/2010
Age : 22
Localisation : Archeos

Feuille de personnage
Pouvoirs: Transformation en loup noir avec des yeux noisettes
Age: 27 ans
Métier: Dirigeant du Sanctuaire, "Prof principal" du Pavillon du Soleil et de l’Égide

MessageSujet: Re: Le passé rattrape toujours le présent... C'est inévitable... [PV Iule]   Jeu 24 Mar - 8:03

Mhiryo écoutait son ami avec attention même si à le voir il semblait distrait, les yeux perdus dans l'horizon, luttant pour garder la tête hors de l'eau grâce à de petits mouvements de jambes et de bras. Il quitta son air détaché en entendant les derniers mots de Iule, fit quelques brasses pour se rapprocher du soldat qui retournait et se mit à trottiner derrière lui. Malgré le bruit des vagues et de l'eau, il entendait parfaitement le bref reniflement de son ami et sa tentative pour étouffer un sanglot. Il lui saisit fermement le bras, l'attira brusquement vers lui. Iule trébucha et le loup en profita pour passer son bras autour de son cou et lui passa un savon avec force.

- T'as fini de te comporter comme une gonzesse sérieux !

Il relâcha son étreinte et regarda sa victime malicieusement. Il appréciait le côté sensible de Iule, il était toujours étonné de pouvoir lire en lui comme dans un livre ouvert, peinant à cacher ses émotions. Son côté démonstratif l'avait toujours amusé même si par moment cette sensibilité le fatiguait, l'agaçait. Merde ! Ils étaient des hommes à la fin ! C'était bon pour les femmes de se laisser aller à pleurer pour un oui ou pour un non... Pas à un homme, encore moins à soldat de la trempe de Iule... Il posa un regard protecteur sur son ami sans s'en rendre compte avant de prendre la parole.

- Arrête de divaguer, tu sais très bien que tu ne gâches rien en m'aimant... Je t'ai toujours dit que pour moi ça ne changeait rien, je t'apprécie toujours autant, et même si j'essaye parfois de faire attention à ce que je dis pour pas te blesser, on reste amis... Il fit une pause avant de reprendre plus taquin. Après je comprends que tu aies des difficultés à contenir tes hormones avec moi, je pense que je serais charmé et même fou d'un mec comme moi... Alors t'y es pour rien, ne t'excuse pas et assume ! C'est les femmes qui s'excusent, nous on assume nos actes, on prend nos responsabilités... Tu m'aimes, c'est pas réciproque ? Et alors ?

Mhiryo prit la main de Iule dans la sienne, se rapprocha un peu de lui et de son autre main qu'il glissa sous son menton, releva la tête du jeune homme.

- C'est en t'excusant et en culpabilisant que tu risques de mettre notre relation à mal... Tu le sais...

Son ton était devenu plus doux et après avoir adressé un sourire espiègle au soldat, il l'attira à lui et l'embrassa.

- Cadeau de la maison ! Ca faisait un moment alors je me suis dit, comme ça tu peux être sûr que rien a changé ! lança-t-il joyeusement. Au fait va falloir qu'on discute du fait que tu veuilles venir avec moi au Sanctuaire parce que tu sais on n'accepte pas tout le monde...

Il commença à regagner le rivage, content d'avoir pu mettre les choses au clair...

~~~~~~~~
~ BREAK THE LIMIT
Realise your power. Fight your life or regret it. ~




Tigre, tigre ! brillant et brûlant,
Dans les forêts de la Nuit
Quelle main, quel oeil immortels
Purent fabriquer ton effrayante symétrie ?


° Dark Vador °
¤ Empereur Kiwi ¤
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniquesdouranos.forumactif.com
Iule Laetus
~ Humain ~
~ Humain ~
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 16/06/2011
Age : 22
Localisation : Aldaria

Feuille de personnage
Pouvoirs: Une sorte de bouclier contre de nombreux dons...
Age: 27 ans
Métier: Palefrenier

MessageSujet: Re: Le passé rattrape toujours le présent... C'est inévitable... [PV Iule]   Ven 13 Jan - 2:31

Iule avait grimacé mais n'avait pas lutté, subissant l'attaque de son ami de bonne grâce jusqu'à ce qu'il le traite de "gonzesse". Non mais sérieusement, c'est tout ce qu'il trouvait à lui dire ?! Il se dégagea en même temps que Mhiryo le lâchait et surprit le regard de ce dernier sur lui, presqu'entrain de le couver. Il détourna les yeux, gêné... Puis vexé par les paroles qu'il entendait.

Il avait bien compris que ses sentiments avoués ne changeaient, malheureusement, rien à ceux de Ryo. Il avait compris qu'ils ne mettaient pas non plus à mal leur amitié... Mais cela ne changeait rien, il s'en voulait d'avoir fait preuve d'autant de faiblesse. Il aurait mieux valu qu'il se taise, qu'il laisse le temps dissiper tout cela... Il aurait fini par trouver une femme aimante, douce avec un caractère tranquille, le temps aurait passé et chacun aurait eu la famille que tout le monde souhaite qu'ils aient. Son père l'avait déjà prévenu pourtant, plusieurs années auparavant, sans que Iule y prête attention bien évidemment... Il s'en souvenait comme si c'était hier...

Il revoyait son père, le visage sérieux, laissant tout de même un léger sourire en coin peint sur ses lèvres. Il se souvenait comment celui-ci lui avait demandé de s'asseoir et avait posé une main sur son bras avant de lui faire son exposé sur l'éphébie, sur la potentielle chance d'avoir des relations avec d'autres gens de son âge, ou même plus âgé, un peu comme avec leur précepteur, l'importance s'y l'on acceptait ces relations de toujours mettre une limite et pas des moindres, celle de rester de simples amis. Car son père avait fini par conclure que quoi qu'il puisse arriver, il ne fallait jamais perdre de vue l'objectif de fonder sa propre famille afin de faire suivre son nom, ses terres, sa famille que seule une femme peut nous aider à faire.

Si son père savait que son célibat venait de cette limite franchie, Iule se demandait s'il survivrait bien longtemps... Alors oui, depuis il s'excusait et n'assumait pas... Pas du tout... Mais qu'est-ce Mhiryo pouvait comprendre de sa situation ? Pas grand chose, il ne venait pas de la même classe... Le contact de la main de Ryo sur la sienne le tira de ses pensées. Il voulut faire un pas en arrière mais le loup avait déjà refermé son piège en passant sa main sous le menton de Iule qui ne put s'empêcher de frémir.

- C'est en t'excusant et en culpabilisant que tu risques de mettre notre relation à mal... Tu le sais...

Il eut juste le temps de pester mentalement que les lèvres de Mhiryo se posait sur les siennes, chaudes et salées. Si d'un côté une partie de lui rêvait, l'autre beaucoup plus grande venait de sortir de ses gonds. Le monstre repartait tranquillement vers la berge, parlant de motivation pour venir travailler au Sanctuaire avec lui quand Iule s'élança à sa suite en soulevant des gerbes d'eau et avant que Mhiryo puisse comprendre ce qui lui arrivait il fut plaqué dans le sable par le blondinet.

- Nan mais t'es sérieux ?! Tu m'embrasses comme ça et tu me parles du beau temps ? Tu pousserais pas le bouchon un peu loin par hasard ? Si je suis une gonzesse franchement ça sera toujours mieux que de te ressembler !

Il se releva prestement et continua son chemin jusqu'à la plage où il enleva ses vêtements trempés et plein de sable pour les essorer.

- En plus tu dis qu'ils acceptent pas tout le monde là-bas mais entre nous s'ils t'ont choisi à la tête de cet endroit c'est que ça doit pas être fameux ! Je peux postuler sans problème et être pris !

Il posa une main sur sa hanche et passa l'autre dans ses cheveux avec un sourire moqueur adressé à l'homme qui se relevait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le passé rattrape toujours le présent... C'est inévitable... [PV Iule]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le passé rattrape toujours le présent... C'est inévitable... [PV Iule]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le passé nous revient toujours quand on dors... [pv Seth Cooper]
» Le passé, l’avenir, ces deux moitiés de vie dont l’une dit jamais et l’autre dit toujours. [PV Nami]
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les chroniques d'Ouranos :: Herintes :: Le Port-
Sauter vers:  
Theme by Xéno Lorenz - Do not rip - All rights reserved - ©2008 Les Chroniques d'Ouranos//Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit