Les chroniques d'Ouranos
Bienvenue sur Les Chroniques d'Ouranos, cher visiteur...

En ce moment sur le forum :

~ Les cours viennent de débuter au Sanctuaire, ils n'attendent que vous pour poursuivre...

~ Banquet de début d'année : tout le monde est convié et les cours ne vont pas tarder...

~ Vous voulez enseigner ? Venez voir les postes de maîtres disponibles ! Nous vous attendons !

De belles aventures t'attendent, de grandes découvertes...

Ne tarde pas...

Rejoins nous vite !

Les chroniques d'Ouranos

Pour contrer la menace du pays de Catharsis, les divinités ont bâtit un sanctuaire où les élus des Dieux se réunissent... Ferez-vous partie de l'aventure ?
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Aléa O'Donnell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aléa O'Donnell

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 23/05/2016
Localisation : Cylicia

Feuille de personnage
Pouvoirs: Sorcellerie - baguette en bois de poirier, plume de phénix, 22 cm
Age: 15 ans
Métier: Sorcière étudiante

MessageSujet: Aléa O'Donnell   Dim 2 Avr - 23:13




~ Votre Personnage ~






  • Nom : O'Donnell
  • Prénom : Aléa Isis Sanya
  • Âge : 15 ans
  • Sexe : Féminin
  • Race : Sorcière
  • Orientation sexuelle : Hétéro à première vue
  • Métier/Fonctions : Elève pour l'instant
  • Pays d'origine : Irlande
  • Famille : Des parents, une soeur jumelle, Maeve
  • Pavillon souhaité : Team Serpentard
  • Pavillon le moins souhaité : Serpy convaincue






~ Dans le détail ~






Physionomie

Que dire… Aléa est une jolie jeune femme, à la beauté fragile. De grands yeux aux reflets violets illuminent un visage délicat et doux. Elle a un teint assez pâle et peut rester des heures au soleil sans bronzer, une particularité que personne n’arrive à expliquer ce qui n’enlève rien à sa beauté légèrement enfantine… Ses longs cheveux de couleur châtain tombent en cascade dans son dos, et sont très rarement attachés. Autour de son cou, on peut voir son amulette qu’elle garde toujours, ou presque, sur elle. Alors que Maeve préfère porter des vêtements colorés, des bijoux, des foulards, sa cadette, elle, préfère les vêtements simples, légers, pratiques époussetant avec sensualité les formes parfaitement proportionnées de la jeune élève. Cependant elle porte tout de même un bracelet au poignet gauche et une paire de boucle d’oreilles assez simple. Souvent en robes quand elle ne revêtit pas avec fierté l’uniforme de la prestigieuse école de magie, elle se déplace de sa démarche assurée, féline et élégante, la tête haute, assassinant presque d’un simple regard le malheureux qui le croise.
Psychologie

Contrairement à son apparence de jeune fille sage, Aléa a un caractère assez sombre et rebelle. La cadette de la famille O’Donnell est une jeune fille maligne et rusée, prête à tout pour arriver à ses fins, aussi sombres et terribles soient elles. Manipulatrice est chez elle une deuxième nature. Elle n’a aucune gêne à mentir en bien ou en mal. Lorsqu’elle prend une décision elle le fait sur un coup de tête, sans se préoccuper des conséquences, plus ou moins désastreuses selon la décision. Elle s’énerve très vite, et n’aime pas être contrariée. Très fière, renfermée elle parle assez peu et est froide avec les personnes qui osent l’approcher, sauf avec sa sœur jumelle avec qui, malgré les énormes différences aussi bien physiques que mentales, elle a une complicité incroyable. C’est d’ailleurs la seule personne à ce jour qui ait réussi à avoir la confiance d’Aléa. Elle a un caractère insupportable, sauf pour Maeve, et est toujours prête à semer les ennuis et la bagarre là où elle passe. Son caractère tout feu tout flamme, ses ambitions sont énormes, elle rêve de pouvoir dominer le monde et à réduire en esclavage tous ceux qui s’opposent à elle. Bien entendu, pour arriver à gouverner ce monde il faut une détermination sans faille que la jeune femme a su acquérir avec les années et qui continuera sûrement à s’épanouir. Elle adore donner des ordres, se faire obéir, et est souvent considérée dans sa famille comme une «meneuse» et non pas une fille qu’on relègue au second plan sans subir les foudres quelques secondes plus tard. Elle a horreur de se faire mener en bateau et manipuler. Elle est éprise de liberté et n’envisage pas sa vie enchaînée, pour elle les limites ne servent qu’à être repoussée au prix même de la vie, même si celle-ci n'est pas en danger car Aléa y tient beaucoup. Eh oui, comment peut-on être maître de l’univers si l’on est décédé ? La jeune sorcière éprouve une sorte de supériorité et de x envers les moldus et tous ceux qui ne sont pas sangs purs. Elle méprise les sangs de bourbes, mais les préfère tout de même aux non magiciens. Bon, d’accord, c’est vrai qu’en lisant cette description on a peu envie d’être son ami(e) ce qui se comprend, mais pourtant, si l’on fait preuve de persévérance, et de patience, il se peut qu’elle vous accepte en temps qu’ami… Vous découvrirez alors une jeune femme joyeuse enfin, si son humeur tout aussi noir que le reste, son ironie parfois cassante, et ses sarcasmes vous amuse bien sûr. Quand elle se fait un ami, surtout si celui-ci lui est cher elle fera beaucoup pour l’aider… enfin pareil, quand je dis beaucoup, espérez la vie sauve et le privilège de ne pas finir en serviteur… Elle voue aussi une sorte d’admiration pour le célèbre Lord Voldemort du fait de sa puissance, car je ne sais pas si vous l’avez deviné mais la jeune O’Donnell adore, et c’est peu dire, le pouvoir. Elle serait prête à tout pour sa sœur jumelle à qui elle confierait sa vie. Parfois leurs parents les appellent les siamoises tellement leur lien est proche. Bizarrement, on ignore qu’elle genre de sentiments éprouve Aléa vis-à-vis de sa sœur: si c’est de l’amour fraternelle ou d’un entre genre…
Histoire

Les jumelles sont nées un 22 novembre par une nuit assez froide et venteuse, après une petite série d’enfants mort-nés ou de conception ratées. Elles furent donc accueillies comme le messie dans la famille. Très tôt, leurs personnalités différèrent : Maeve était extravertie, sociable, tandis que Aléa avait déjà une tendance à manipuler ses proches et commander son petit monde, mais ce n’était pas pour autant qu’on pouvait les séparer. A croire qu’elles étaient nées collées l’une à l’autre, ce qui leur valut le surnom de « siamoises ». Les deux sœurs, en particulier Aléa, apprécièrent très tôt le quidditch, sport auquel elles jouaient à titre d’amateur dans les jardins de la propriété de leurs parents. On leur offrit alors pour leurs 6 ans, leurs premiers balais : deux Flèches d’Argent. Les petites étaient folles de joie.
Aléa passa sa main sur le manche du balai avec douceur, un petit sourire satisfait sur les lèvres marquant son bonheur. Après l’avoir examiné sous toutes les coutures, elle avait enfourché le Flèche d’Argent flambant neuf et s’élevait maintenant doucement dans les airs, guère rassurée. Alors qu’elle s’appliquait à rester assise sur sa «monture volante» elle aperçut sa sœur percuter la cime d’un des arbres du jardin et rester accrochée après. La cadette cria le prénom de son aînée et, se penchant sur son balai fonça vers Maeve.
Malheureusement pour la petite, l’accélération fut…un peu brutale et elle s’écrasa sur le sol , tandis que son balai restait dans les airs. Elle s’en sortie avec une fracture à la jambe, rien de bien grave… Malgré ce petit incident, le quidditch devint la plus grande passion de la jeune fille qui, lors de chaque coupe du monde encourage à grands cris et avec fierté l’équipe irlandaise. Si quelqu’un ose alors émettre une seule et infime critique concernant son équipe favorite la personne en question risque de ne plus critiquer quoi que ce soit pendant un petit moment.
Pendant son enfance dans le manoir de la famille O’Donnell, Aléa se fit très peu d’amis…pour ne pas dire aucun. La jeune fille a vite été très mature pour son âge, et a vite appris à cacher ses émotions sous un air de petite fille innocente. Très vite aussi, elle a appris à utiliser cette apparence pour manipuler les gens et les soumettre à tous ses caprices. Elle adorait participer aux grandes soirées mondaines organisées par sa famille ou par d’autres familles de sang pur. Sans qu’elle sache vraiment pourquoi, les fréquentations qu’avait sa sœur la répugnait. En effet, Maeve était très sociable, se liant d’amitié avec n’importe quel enfant qu’il soit moldu ou sorcier et ce peut importe son statue contrairement à Aléa qui détestait les moldus et se pensait supérieur aux autres. Les seuls susceptibles de monter dans son estime étaient d’autres sang pur… et encore car eux aussi elle les regardait de haut. Cette façon de regarder les gens ne fut pas appréciée par les autres car la cadette de la famille regardait les enfants mais aussi les adultes ainsi, ce qui les horripilaient. Certains on dit qu’elle était une peste… Elle ne le nie pas plus que cela. Ce n’est pas une peste tout le temps, sa sœur peut vous le dire mais juste elle.
Mais bon passons. Un autre centre d’intérêt se profila dans l’horizon d’Aléa le jour où Maeve, qui adorait les œuvres moldues, ramena à la maison d’étranges bande dessinées qui se lisaient de droite à gauche, dont les dessins étaient en noir et blanc et dont le style de dessins surpris la jeune fille. Aléa étant une jeune fille très fière et méprisant les moldus, elle ignora d’abord ces ouvrages qui l’intriguaient tant…mais la curiosité étant un vilain défaut qu’elle possédait, elle fini donc par céder. Un jour de grand soleil, alors que sa jumelle était partie jouer avec des amis à l’extérieur, la jeune sorcière pénétra dans la grande chambre de celle-ci et se dirigea vers l’étagère où trônait les B.D. Elle parcourut d’abord la tranche des livres puis, elle s’empara d’un des mangas et le feuilleta. Elle posa le petit livre sur l’étagère, le temps de regarder par la porte si personne ne venait, puis par la fenêtre pour vérifier que sa sœur ne reviendrait pas et retourna prendre le livre. Elle s’essaya sur le sol de la chambre et plongea dans une lecture captivante, loin des minutes et des heures qui s’écoulaient. L’après-midi touchait à sa fin, et une pile de volumes entassés se tenait près d’Aléa quand Maeve débarqua dans la pièce faisant sursauter sa petite sœur qui bondit sur ses pieds une lueur malveillante dans son regard qui fixait la nouvelle venue. Les deux enfants se toisèrent et conclurent un «pacte»: l’intérêt d’Aléa pour les écrits moldus devaient rester un secret entre elle deux. Depuis ce jour, lorsque la cadette désire lire ses B.D. japonaises, elle saisit le volume qui l’intéresse et se cache dans le placard de Maeve pour ne pas être vue par ses parents ou un autre indésirable…
Très peu d’autres choses marquèrent l’enfance de la jeune fille, passons donc à la suite.
Enfin à leurs 11 ans, elle font enfin leur entrée à l’école Poudlard, où leurs parents ont fait leurs études : Fiona chez les Poufsouffle et Patrick à Serdaigle. Un peu angoissées, comme le sont toujours les petits nouveaux.
Quand la gamine reçut sa lettre une immense bouffée de fierté l’envahi. Elle n’en avait jamais douté, mais ce fut un soulagement pour elle de voir le petit papier dans son enveloppe lui disant qu’elle était acceptée. C’est donc en compagnie de sa sœur qu’elle alla au chemin de Traverse à Londres, acheter ses fournitures scolaires. Elle alla chez Ollivander, pour avoir sa baguette, en compagnie toujours de Maeve avec qui elle fit ses essais. Le vieux monsieur lui apporta d’abord une première baguette, 26.4 cm, bois de sapin, avec à l’intérieur un crin de licorne. Le résultat ne fut pas vraiment celui escompté et elle faillit faire flamber la boutique, d’autres baguettes suivirent, trois pour être exact, et quand la quatrième arriva, ce fut la bonne. Longue de 22 cm, faite dans du bois de poirier avec à l’intérieur une plume de phénix, lorsqu’elle arriva dans les mains de la jeune fille, une étrange sensation parcourut celle-ci, un sentiment de bien-être mêlé à autre chose recouvrit Aléa qui avait un sourire satisfait sur les lèvres. Sa sœur eut elle aussi une baguette et toutes deux ressortir joyeuses. Bien entendu, quand la cadette passa devant le magasin de quidditch, elle se précipita à l’intérieur, salivant devant les modèles plus rutilant les uns que les autres et espérant pouvoir un jour intégrer une équipe de quidditch.
Quelques semaines plus tard, en compagnie de toute sa famille, elle alla prendre le Poudlard Express, le fameux train qui emmenait les élèves dans la prestigieuse école de magie, Poudlard. Alors que le train s’arrêtait la jeune fille commença à se lever mais fut stopper dans son élan par une forme, une ombre noire, encapuchonnée. La porte du compartiment s’ouvrit et un froid glacial s’abattit à l’intérieur. Immédiatement les pires instants de sa vie arrivèrent dans sa tête, la terrifiant sur place. Alors que l’étrange personnage quittait les lieux, Aléa put voir sur les visages des autres élèves une lueur effrayée dans leurs yeux et même si elle s’efforçait de cacher sa peur dans son regard aussi, on apercevait cette même lueur. Lorsqu’elle descendit du train dans son uniforme de sorcière, Aléa, bien qu’elle ne le montra pas, fut très impressionner de une, par l’académie qui était beaucoup plus grosse que ce qu’elle avait prévu et aussi par l’immense homme à la grosse barbe noire qui les accueillit. De ce moment jusqu’à ce que son prénom soit annoncé par le professeur MacGonagall qui les accompagnait depuis les grandes portes, elle ne lâcha jamais sa sœur et sa sœur ne la lâcha jamais. Le professeur de métamorphose commença à appeler les élèves, par ordre alphabétique… jusqu’au sien.
-O’Donnell Aléa !
La cadette sentit l’étreinte de sa sœur se desserrer et elle fit de même. Elle aperçut le sourire encourageant de Maeve, et c’est avec un sourire confiant et une démarche assurée qu’Aléa se dirigea vers le choixpeau, étrangement sereine. Le «tas de chiffon parlant » fut posé sur sa tête, quelques secondes s’écoulèrent avant que le chapeau magique donne un mot, un mot qui fit remplir de fierté le cœur de la jeune fille…
-SERPENTARD !
Un allé simple pour la maison de Salazar Serpentard, la maison de Tom Jedusor, plus connu sous le nom de Lord Voldemort. Oui, c’était parfait, aucune autre maison n’aurait pu mieux lui convenir. Les applaudissements commencèrent à pleuvoir tandis que la nouvelle élève se dirigeait vers sa maison, son sourire s’était légèrement transformer, devenant un peu moqueur. Elle s’installa auprès de ces nouveaux camarades et fixa sa sœur qui passa après elle. Serdaigle. Oui cela convenait totalement à Maeve et c’est avec un sourire triomphant qu’Aléa applaudit.
Sa première année se passa assez bien, bien qu’elle n’ait toujours pas d’autres amis que sa sœur. Les cours de vol la passionnèrent et elle se promit d’intégrer l’équipe de Serpentard dès qu’elle pourrait.
La deuxième année…l’année de la coupe du monde de quidditch. Autant vous dire tout de suite qu’Aléa fut intenable et qu’un cri victorieux retentit dans le stade lorsque l’équipe irlandaise gagna. Bien que la marque des ténèbres soit apparu, la jeune fille n’en sembla pas affectée, elle en était presque contente. Car si ses parents et sa sœur son assez neutre, Aléa, elle, a déjà choisit son camps, celui de Voldemort. Non pas qu’elle soit une partisane, non, loin de là, mais la puissance du mage noir l’a toujours fait rêvée, et elle compte bien devenir un jour, aussi puissante…
La troisième année fut ponctuée par l’arrivée de Dolorès Ombrage. Au premier regard, la troisième année savait déjà qu’elle ne s’entendrait pas avec cette femme beaucoup trop stupide du point de vue de la Serpentard. Bien qu’elle n’apprécie pas spécialement les jumeaux Weasley, elle admira leur insolence envers la femme vêtue de rose.
La mort de Dumbledor ne l’affecta pas outre mesure, et on ne peut pas dire qu’elle appréciait forcément son assassin, Severus Rogue à cause de son statue de sang mêlé. Elle resta donc sans opinion sur le sujet, continuant ses activités comme si de rien n’était.
Pendant ses vacances, avant la rentré, Aléa savait que des mangemorts avaient été nommés en tant que professeurs… et elle savait que Maeve leurs pourrirait la vie, et là-dessus, elle savait qu’elle soutiendrait sa sœur… rien n’était trop beau pour semer les conflits à son plus grand plaisir.
Capacités

Baguette : 22cm, faite dans du bois de poirier et à l’intérieur se trouve une plume de phénix






~ Derrière l'écran ~



  • Pseudo : BIIIIIP
  • Âge : BIIIIIP
  • Votre département : 38
  • Présence : As I want
  • Comment avez-vous connu le forum ? BIII
  • Code :¨It's ok for me
  • Autre chose ? Nop





Test RP

Aléa était dans sa chambre, en train de préparer tranquillement ses affaires pour la rentrée. Une fois sa valise prête, elle se mit à la recherche de Yomi, qui avait encore disparut quelque part dans le manoir. Elle farfouilla un moment jusqu’à ce qu’elle entende une série de miaulements provenant d’un des placards. La jeune femme ouvrit la porte avec un air exaspéré et découvrit le jeune chat avec son frère Dexter, enroulés dans des chiffons. La cadette saisit les deux félins et déposa le rouquin dans la chambre de sa sœur, avant d’emmener le noiraud dans sa caisse, prêt à partir.
Le lendemain, à la voix neuf trois quart, Aléa alla s’installer dans un des wagons après avoir brièvement déposé un baiser sur la joue de ses parents.
*Ah nan mais vraiment qu’est ce qui faut pas faire…*
La sorcière secoua la tête. Elle détestait les marques d’affection, depuis toujours…et surtout en public. La seule personne faisant exception à la règle était bien sûr Maeve mais là encore, la jeune femme n’appréciait guère se comportement tellement démonstratif. Elle ouvrit alors un exemplaire de "La Gazette du Sorcier" et se mit à lire les dernières nouvelles. On y voyait le retour du seigneur des ténèbres, des articles parlant du ministère de la magie, et d’autres sujets. Aléa eut un léger sourire amusé. «Le seigneur des ténèbres»… Il portait bien son nom. L’élève de Serpentard reposa le journal, mit la tête en arrière et ferma les yeux. Elle s’imaginait déjà avec de tels pouvoirs, à la tête du monde des sorciers et pourquoi pas celui des humains ? Son sourire s’élargit, devenant sadique et arrogant. Quel plaisir cela serait… Une question lui traversa l’esprit. Pourquoi Voldemort n’allait-il pas directement au pouvoir, au lieu de se servir d’un misérable pantin comme Thicknesse ? Alors qu’il pouvait tout contrôler ? Un profond soupire s’échappa des lèvres d’Aléa qui se leva et quitta le compartiment.
Elle arpenta le train, sans but précis, elle aurait pu aller voir des «amis» mais en avait-elle vraiment ? Sa robe d’un blanc immaculé flottant autour d’elle, elle retourna dans son compartiment et se changea, revêtant ainsi les fières couleurs de Serpentard, sa nouvelle famille depuis maintenant cinq ans. Elle ressortit de la petite pièce et alla du côté des autres élèves de sa maison. Elle se tenait à l’écart mais ne perdait pas une miette des conversations autour d’elle. Alors que le paysage commençait à changer, signalant la proche arrivée à la gare, la sorcière retourna une énième fois dans son wagon, où sa sœur l’attendait en lisant un livre Apparition et impact du christianisme dans l’Empire Romain. La cadette soupira et déclara d’une voix moqueuse:
-Tu lis encore ça?
-Oui, c'est une lecture très instructive.

-Mouairf ! Je n'ai jamais compris pourquoi tu t'intéressais tant à de vieilles ruines moldues ! Mais bon, c'est ton problème ! Tu devrai te changer...
Aléa regarda Maeve en secouant levant les yeux au ciel et s’empara du paquet de dragées surprises. Elle plongea sa main à l’intérieur et en sortit une dragée d’un noir intense et le porta à sa bouche en même temps que son aînée lui réponde:

- Là, je dois admettre que tu as raison ! Oh attention c'est..., commença-t-elle
Mais c’était déjà trop tard, la petite dernière croqua dans la dragée et se mit à tousser alors que sa compagne achevait.

-C'est une dragée au poivre...
Aléa ne répondit rien et jeta un regard assassin à la jeune femme qu’elle aimait tant. Le train commença à ralentir, un peu plus à chaque instant, et s’arrêta enfin. Aléa se leva d’un bond, reprenant un autre bonbon au passage, d’un drôle de vert mais n’y prêta pas attention et l’avala. Elle tira une légère grimace qui fit rire sa sœur et sortit.
Une nouvelle année commençait…

Revenir en haut Aller en bas
 
Aléa O'Donnell
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ben Callord - Chris O'Donnell
» (m) colin donnell → meilleur ami
» Tell Me Why ➥ Alicia & Callen
» Chroniques d'un temps, par Joana O'Donnell
» Joanna O'Donnell Vs Pénombre Craft

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les chroniques d'Ouranos :: Avant de jouer... :: Fiches validées-
Sauter vers:  
Theme by Xéno Lorenz - Do not rip - All rights reserved - ©2008 Les Chroniques d'Ouranos//Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit