Les chroniques d'Ouranos
Bienvenue sur Les Chroniques d'Ouranos, cher visiteur...

En ce moment sur le forum :

~ Les cours viennent de débuter au Sanctuaire, ils n'attendent que vous pour poursuivre...

~ Banquet de début d'année : tout le monde est convié et les cours ne vont pas tarder...

~ Vous voulez enseigner ? Venez voir les postes de maîtres disponibles ! Nous vous attendons !

De belles aventures t'attendent, de grandes découvertes...

Ne tarde pas...

Rejoins nous vite !

Les chroniques d'Ouranos

Pour contrer la menace du pays de Catharsis, les divinités ont bâtit un sanctuaire où les élus des Dieux se réunissent... Ferez-vous partie de l'aventure ?
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ~ La vie n'est pas un long fleuve tranquille mais un torrent contre lequel il faut lutter ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mhiryo Itora
~ Fondateur ~
~ Fondateur ~
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 09/10/2010
Age : 22
Localisation : Archeos

Feuille de personnage
Pouvoirs: Transformation en loup noir avec des yeux noisettes
Age: 27 ans
Métier: Dirigeant du Sanctuaire, "Prof principal" du Pavillon du Soleil et de l’Égide

MessageSujet: ~ La vie n'est pas un long fleuve tranquille mais un torrent contre lequel il faut lutter ~   Jeu 30 Déc - 1:21

¤ Mhiryo Itora ¤


* Relations *

  • Danaé Itora : Petite soeur qu'il aime beaucoup et a qui il donnerait sa vie si cela pouvait la sauver d'un quelconque danger... même si parfois une envie de meurtre le tente parfois...

  • Xéno Lorenz : Le concierge... Leur relation a assez mal commencé mais une amélioration est toujours à envisager... D'ailleurs il est plutôt mignon...

  • Lucian Mac Tìre : Un élu d'Apollon ... Leur relation a étrangement commencé... Mais elle a fort plu au dirigeant... C'est qu'il s'y serait attaché à ce gamin... Tout est possible...


{ Rp's }

~> En cours :

§ Exploration et discussion : Avec Danaé...

§ Un entretient très particulier : Avec Danaé et Xéno...

§ Le banquet de début d'année !




~> Terminé :


§ Petites nouvelles quand on ne vous attend pas... : Avec Lucian...

~~~~~~~~
~ BREAK THE LIMIT
Realise your power. Fight your life or regret it. ~




Tigre, tigre ! brillant et brûlant,
Dans les forêts de la Nuit
Quelle main, quel oeil immortels
Purent fabriquer ton effrayante symétrie ?


° Dark Vador °
¤ Empereur Kiwi ¤


Dernière édition par Mhiryo Itora le Mer 13 Avr - 5:57, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniquesdouranos.forumactif.com
Mhiryo Itora
~ Fondateur ~
~ Fondateur ~
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 09/10/2010
Age : 22
Localisation : Archeos

Feuille de personnage
Pouvoirs: Transformation en loup noir avec des yeux noisettes
Age: 27 ans
Métier: Dirigeant du Sanctuaire, "Prof principal" du Pavillon du Soleil et de l’Égide

MessageSujet: Re: ~ La vie n'est pas un long fleuve tranquille mais un torrent contre lequel il faut lutter ~   Dim 6 Fév - 6:49

~ A L'Aube D'Une Vie Assez Particulière ~


Ah l'amour... Une douce merveille que les Dieux s'étaient plu à faire naître chez deux êtres différents... Éros avait frappé de ses flèches les deux jeunes gens et se fut suite à cette action qu'un enfant naquit. Un enfant qui, dans le futur aurait un rôle particulièrement spécial...

Nous étions au printemps, les champs du pays d'Aldaria étaient déjà semblable à des rivières d'or que le vent faisait onduler avec grâce. Dans une petite maison, peu éloignée de la capitale, Alinya accouchait de son enfant. Dire qu'elle avait souhaité ne jamais en avoir, la louve qu'elle devenait était trop dangereuse pour s'occuper d'une telle petite créature. Mais Caton l'avait fait changer d'avis, s'occupant au mieux d'elle lors de ses transformations qui chaque fois plus douloureuse et dangereuse pour la mère comme pour le petit.Un sourire éclaira son visage fatigué tandis qu'une nouvelle contraction apparaissait. Ils n'avaient vraiment pas perdu de temps...

La porte s'ouvrit violemment et un jeune homme pénétra à l'intérieur de la maison. Il s'installa au chevet de celle qu'il aimait. On venait de le prévenir, il avait été obligé de rentrer en toute hâte, abandonnant ce qu'il faisait pour soutenir la jeune femme. Enfin, obliger était un bien grand mot, il avait simplement cesser de travailler quand le messager avait prononcé le prénom Alinya et était partit sans demander plus de choses au mot "accoucher". Enfourchant le premier cheval qui lui était tombé sous la main il s'était précipité chez eux et était soulagé de ne pas arriver en retard. Il caressa la joue de la future mère avec un délicatesse extrême avec l'une de ses mains, et prenait l'une des mains de sa compagne dans l'autre. L'enfant n'arrivait toujours pas, Caton était de plus en plus anxieux mais ne le laissait pas paraître : comme si Alinya avait besoin de ça !

- C'est... un garçon..., murmura celle-ci.

L'homme écarquilla les yeux et alla récupérer l'enfant qui commençait à sortir. Au bout de quelques minutes il fut totalement libéré, un pleur brisa le léger silence qui s'était installé et le père répondit en riant.

- En effet, tu as encore tout deviné...

- Les femmes savent Caton... surtout lorsqu'elles sont louves, on ne peut rien leurs cacher... Tu as un nom a lui donné ?

La voix était assez faible mais tout de même bien audible. Il porta le nourrisson à bout de bras et le contempla un instant avant de le donner à la mère. Il savait qu'ils ne tomberaient sûrement pas d'accord avec Alinya et ce fut pour cette raison que le choix de mettre deux prénoms à l'enfant lui avait semblé judicieux. Certes, celui que le père donnerait serait l'officiel mais l'autre serait utilisé par sa femme, elle uniquement, comme un lien incassable qui serait existant pour l'éternité.

- Mhiryo... Cela lui va comme un gant... C'est un nom qui est sérieux et sympathique à la fois... Un être qui aura un caractère bien trempé... comme celui de sa mère...

Elle décocha un nouveau sourire. Elle était tellement heureuse... Après un instant de réflexion elle murmura le nom qu'elle avait choisit, sous le regard bienveillant de Caton.

- Jènaël..., elle regarda le jeune homme. S'il m'arrive quelque chose, tu sais très bien que cela peu se produire, je voudrais que tu gardes ce prénom pour toi. Dis lui quand il sera loin, un jour où tu penseras ne plus le voir... S'il te plait pourrais-tu faire ça pour moi ?

Il la dévisagea un instant. Non, il ne pouvait rien lui arriver, il la protégeait... Mais comment protéger quelqu'un de lui-même ? Il n'en savait rien mais voulais la protéger. C'est ce qu'il tentait de faire depuis un an. Il déposa un baiser sur le front de la louve et acquiesça, même s'il ne comprenait pas.

- Mon petit Mhiryo... Mon petit Jènaël... J'espère que les Dieux ne te réservent pas d'ennuis...

Elle s'endormit, ayant prononcé ces dernières paroles à moitié consciente, Mhiryo dans ses bras, sous le regard inquiet de Caton qui la veilla toute la nuit.

~~~~~~~~
~ BREAK THE LIMIT
Realise your power. Fight your life or regret it. ~




Tigre, tigre ! brillant et brûlant,
Dans les forêts de la Nuit
Quelle main, quel oeil immortels
Purent fabriquer ton effrayante symétrie ?


° Dark Vador °
¤ Empereur Kiwi ¤
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniquesdouranos.forumactif.com
Mhiryo Itora
~ Fondateur ~
~ Fondateur ~
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 09/10/2010
Age : 22
Localisation : Archeos

Feuille de personnage
Pouvoirs: Transformation en loup noir avec des yeux noisettes
Age: 27 ans
Métier: Dirigeant du Sanctuaire, "Prof principal" du Pavillon du Soleil et de l’Égide

MessageSujet: Re: ~ La vie n'est pas un long fleuve tranquille mais un torrent contre lequel il faut lutter ~   Mer 9 Fév - 8:07

~ Un Départ Aux Enfers ~

Les années avaient passé, tranquilles et joyeuses, souriantes et bienveillantes. Malgré sa race, Alinya vivait épanouie avec son mari et son fils. Les soirs de transformation était dur mais elle s'y faisait... résignée. Jènaël, ou Mhiryo comme disait son père, ne montrait toujours aucun signe d’appartenance aux loup-garous. Peut-être le gène ne s'était-il pas transmis... Cela aurait bien mais il était trop tôt pour le savoir, à deux ans rien n'était fixé et il faudrait encore patienter un moment avant de le savoir.

Le petit garçon aux cheveux châtains s'approchait avec fierté vers elle, haut comme trois pommes et marchant pourtant avec beaucoup d'aisance même si les chutes n'étaient pas rares. Il s'agrippa à la jambe de sa mère qui, surprise, avait faillit être renversée. Caton apparut à son tour, les sourcils froncés, grondant le gamin qui s'était enfui de la cuisine.

- Mhiryo ! Viens ici ! Tu n'as pas fini ton repas !

Le regard amusé de sa femme lui fit oublier le petit bambin qui quitta les jambes maternelles pour retourner dans la maison.

- Je vais jamais y arriver, il est pire que l'étalon qu'on avait... Enfin, au moins il est en pleine forme...

La jeune femme l'embrassa mais ne répondit rien. Le père n'eut pas besoin de réfléchir très longtemps pour savoir ce qu'il se passait... Tout comme elle il avait compter les jours et le soir même serait un soir de pleine Lune...

- Ne t'en fais pas ça va bien se passer, souri-t-il.

- C'est ce que tu dis à chaque fois Caton...

- Oui mais ça c'est toujours avéré vrai...

Elle lui prit la main et rentrèrent à leur tour. Mhiryo jouait sous la table mais il laissa ses jouets pour aller vers ses parents. Alinya le prit dans ses bras et l'embrassa sur le front. A chaque fois elle avait peur de ne plus le revoir. Son sourire malicieux, ses petites mèches de cheveux chocolat, ses yeux azuré et pâles... Chaque trait de son visage s'encraient dans sa mémoire, espérant les revoir le lendemain matin. Elle le reposa sur le sol et rentra dans une pièce. Mal éclairée, à la décoration simple, l'endroit était tout de même confortable pour un endroit où l'on est enchaîné. Le jeune femme avait encore quelques heures devant elle mais elle préféra s'enfermer maintenant, sachant que ceux qu'elle aimait étaient en sécurité et qu'elle pourrait rester un peu au calme.

Le petit garçon pénétra plus tard dans la pièce accompagné de son paternel qui apportait de l'eau et une pomme à la "captive". Elle avala son maigre repas rapidement et ils repartirent. Tout aurait pu bien se passer mais alors que la Lune s'éveillait, Jènaël pénétra dans la pièce où il avait vu sa mère. Pourquoi la tenait-on prisonnière ici ? Qu'avait-elle fait pour mériter ce sort ? Le petit ne comprenait pas. Recroqueviller sur le sol, un corps frémissait, s'agitait. L'enfant ne resta pas longtemps, il ressortit bien vite... Il continua à jouer dans la cuisine... Peu de temps car quelqu'un, quelque chose, une forme rentrait dans la salle. Il se retourna, voyant la bête : elle ressemblait à un chien au pelage argenté... Mais il savait que ce n'était pas un chien... Mais quoi ? Mhiryo laissa couler quelques larmes sur ses joues. Cet animal lui faisait peur avec ses grandes dents, ses yeux de la même couleur que ceux de sa maman, son air féroce... D'ailleurs oui, où était-elle sa maman ? Et puis son papa ? Pourquoi n'étaient-ils pas là ? Le bambin commença à pleurer, doucement d'abord, puis de plus en plus fort, alertant le jeune père qui était dehors. Celui-ci arriva, épée au poing, au moment où le loup bondissait sur son fils. La lame siffla sa mélodie de mort et s’abattit sur le corps couvert de poil. L'animal laissa échapper un gémissement puis s'effondra sur le petit corps qu'il écrasait déjà un peu. Le petit garçon avait cessé de pleurer, Caton s'approcha de lui et le prit dans ses bras. Des larmes inondaient son visage. Que s'était-il passé pour qu'elle soit libérée ? Ce n'était pas vrai, c'était une mauvais rêve, un cauchemar, il allait se réveiller et tout irait bien... Pourtant le cadavre était toujours là, baignant dans une flaque de sang. Il alla mettre Mhiryo dans son lit et revint près du loup.

Le jeune homme prit la bête la tira plus loin de la mare rougeâtre et passa ses bras autour de son corps. Qu'allait-il faire maintenant ? Qu'allait-il dire, plus tard, à Mhiryo ? Jènaël... Ce prénom doux et mélodieux, plus jamais il ne l'entendrait prononcé par Alinya. Plus jamais il ne pourrait la rassurer, la soutenir, la protéger... C'était fini, tout simplement. Il continua de rester immobile, ne faisant que bercer le corps inerte qu'il portait pendant toute la nuit...

A l'aube, Caton alluma un immense feu, et prenant Mhiryo dans ses bras, ils regardèrent ensemble l'animal, non la jeune femme louve, brûlée. Les larmes continuaient de couler sur les joues du plus âgé quand une petite voix demanda :

- Papa ? Où Maman ?

Il serra le petit encore encore plus fort, étouffa un sanglot et répondit avec un pauvre sourire.

- Elle est partie Mhiryo... Elle est partie et elle ne reviendra plus jamais mon fils...

Le gamin ne comprenait pas. Son père pleurait pour un "chien" et sa mère n'était pas là. Elle ne reviendrait pas... Jamais... Jamais... Que ce mot semblait lourd... Jamais... Sans savoir pourquoi des larmes tombèrent de ses yeux. Pourquoi...?



~~~~~~~~
~ BREAK THE LIMIT
Realise your power. Fight your life or regret it. ~




Tigre, tigre ! brillant et brûlant,
Dans les forêts de la Nuit
Quelle main, quel oeil immortels
Purent fabriquer ton effrayante symétrie ?


° Dark Vador °
¤ Empereur Kiwi ¤
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniquesdouranos.forumactif.com
Mhiryo Itora
~ Fondateur ~
~ Fondateur ~
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 09/10/2010
Age : 22
Localisation : Archeos

Feuille de personnage
Pouvoirs: Transformation en loup noir avec des yeux noisettes
Age: 27 ans
Métier: Dirigeant du Sanctuaire, "Prof principal" du Pavillon du Soleil et de l’Égide

MessageSujet: Re: ~ La vie n'est pas un long fleuve tranquille mais un torrent contre lequel il faut lutter ~   Mer 23 Fév - 7:57

~ Une légère Déception Pour Une Grande Protection~

Près d'un an s'était écoulé depuis la mort d'Alinya et voyant la souffrance et le désespoir de Caton, les Dieux avaient décidé de lui faire retrouver goût à la vie en le faisant de nouveau tomber amoureux, mais cette fois-ci d'une humaine, tout ce dont il y avait de plus normal... Ylénie partageait donc la vie du veuf, et au bout du compte, elle était tombée enceinte... assez rapidement... Neuf mois... Cela passe vite, et ce fut donc au début de l'année, alors que le printemps était arrivé pour réveiller la nature endormie que naquit l'enfant...

- Mhiryo ! Mhiryo, viens vite voir ce que les dieux t'ont accordé !

Le petit garçon courut vers la maison à toute vitesse,un large sourire aux lèvres. Enfin ! Il allait enfin pouvoir voir son petit frère... Oui car il n'avait aucun doute là-dessus. Les Dieux n'avaient pu que lui donner un petit frère avec qui il pourrait se battre, s'amuser. Ils pourraient ensuite en grandissant aller en ville, voir les jeunes filles, et ils feraient leurs services militaires puis ils se rendraient visite avec leur famille... Enfin, le fait de se marier n'enchantait pas trop l'enfant qui préférait une vie sans attache, libre comme un papillon qui va de fleur en fleur... Tant pis ! Cela ne l'empêcherait pas de rendre visite à son frère !

Il pénétra dans la maison, silencieux, et s'approcha doucement de Ylénie. Il n'avait pas trop compris pourquoi elle vivait avec eux mais commençait peu à peu à prendre conscience des choses... Il s'avança jusqu'au lit et posa ses yeux bleus sur le nourrisson.

- Il s'appelle comment ? demanda-t-il timidement.

- Elle s'appelle Danaé...

Le gamin haussa les sourcils. Pourquoi son père avait-il dit "elle" ? Et puis, Danaé... C'était pas un nom de garçon ça ?! Une lueur horrifiée apparut dans ses yeux alors qu'il se tournait vers l'adulte.

- C'est... C'est une fille ?!

L'homme le toisa avec étonnement avant de répondre.

- Oui, c'est un fille... Cela ne te convient pas ?

- Mais... Mais...

L'incompréhension la plus totale marquait son visage. Pourquoi les Dieux n'avaient-ils pas accepté sa demande ? Il n'avait peut-être pas assez prier... Enfin, ce n'était pas à trois ans que l'on priait le plus mais tout de même...

- Je vais faire quoi avec une soeur moi ?

Caton posa sa main sur l'épaule de l'enfant qui lançait un regard pleins de tristesse sur le petit corps... Les yeux de la petite fille s'ouvrir et un grand sourire se peignit sur ses lèvres, faisant rougir Mhiryo. Bon, c'était une fille mais elle était si mignonne... Son regard se transforma et ses deux yeux azurés se tournèrent à nouveau vers son père...

- Je sais... Je vais la protéger, personne lui fera du mal... Personne...

Une flamme de détermination brillait dans l'océan de son regard alors qu'il le posait sur Danaé. Il s'échappa de sous la main du jeune homme et s'approcha du nouveau-né. Il respira un grand coup, rouge comme les pivoines, embrassa le front de sa cadette et partit en courant.

Ylénie ouvrit les yeux et sourit.

- Il ne l'a pas si mal pris pour finir...

Caton éclata de rire avant d'acquiescer. Ce petit garçon l'amusait beaucoup... Et peut-être qu'Alinya ne lui avait pas fait passer son gène de loup... Oui, mais si ce n'était pas le cas... Si le gène était passé... Il faudrait qu'il en parle à sa nouvelle compagne, il n'avait pas le choix, il ne pouvait pas le caché cela aurait été trop dangereux... Oui, il lui dirait, mais pas maintenant, pour le moment ils avaient d'autres préoccupations... Comme celles de s'occuper de la petite Danaé...

~~~~~~~~
~ BREAK THE LIMIT
Realise your power. Fight your life or regret it. ~




Tigre, tigre ! brillant et brûlant,
Dans les forêts de la Nuit
Quelle main, quel oeil immortels
Purent fabriquer ton effrayante symétrie ?


° Dark Vador °
¤ Empereur Kiwi ¤


Dernière édition par Mhiryo Itora le Mer 2 Mar - 20:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniquesdouranos.forumactif.com
Mhiryo Itora
~ Fondateur ~
~ Fondateur ~
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 09/10/2010
Age : 22
Localisation : Archeos

Feuille de personnage
Pouvoirs: Transformation en loup noir avec des yeux noisettes
Age: 27 ans
Métier: Dirigeant du Sanctuaire, "Prof principal" du Pavillon du Soleil et de l’Égide

MessageSujet: Re: ~ La vie n'est pas un long fleuve tranquille mais un torrent contre lequel il faut lutter ~   Mar 1 Mar - 2:08

~ Beaucoup Plus Qu'Un Simple Anniversaire ~


Le printemps était revenu, une fois encore, dans le pays. A priori, rien ne différenciait ce jour des autres, et pourtant, il était particulier. Dix années s'étaient écoulées depuis la naissance de Mhiryo. Dix années qui n'avaient pas toujours été faciles mais dont le garçon ne s'était jamais plaint.

Assis sur la branche d'un vieil arbre, l'enfant regardait les gens passer : des petits, des grands, des gros, des maigres, des bruns, des blonds, des hommes, des femmes, des vieux, des jeunes... Tant de personnes différentes qui marchaient ici et là, qui travaillaient... Un sourire ravi sur les lèvres, il descendit de son perchoir et se dirigea vers sa maison. Aujourd'hui était un grand jour, il allait avoir dix ans ! Enfin, il pourrait avoir plus de poids dans les décisions... C'était un pas à franchir, un pas de plus vers ses dix-huit ans... C'était eux qu'il attendait avec la plus grande impatience : dix-huit ans, l'âge de tous les rêves, l'âge de l'entrée dans le monde, l'âge du service militaire...
Il s'était déjà préparé, il ne fallait pas croire qu'il était sans défense. Il s'était fait un entraînement, avec un bâton, et ne cessait de défier son père qui le battait toujours... Mais un jour viendrait où son père n'arriverait pas à le battre, ils lutteraient comme si leurs vies étaient en jeu... Sans le savoir, ce jour était beaucoup plus proche qu'il ne le pensait, tapis dans l'ombre...

- Ryo !

Le gamin se retourna et aperçut sa petite soeur qui courait vers lui. Elle avait tellement grandi depuis le jour où il l'avait vue naître... Elle arriva près de lui haletante, et avant qu'il n'ait pu lui demander quoique ce soit, il entendit d'autres voix crier.

- Eh ! Viens là petite peste ! Tu vas voir !

Un petit groupe de garçons, qui devaient avoir le même âge que Danaé, arrivait. Ils avaient l'air contrarié... Pire que ça, ils avaient l'air en colère... Ce n'était pas la première fois que des enfants essayaient s'en prendre à Dana, et Mhiryo avait toujours su les faire partir... Après tout il lui avait promis qu'il la protégerait... Il toisa les gamins. Il était plus grand qu'eux, savait se battre... Il n'aurait pas trop de mal à s'en débarrasser...
Quelques instants plus tard, les gosses rebroussaient chemin, moitié pleurant moitié rageant. Fatigué, le grand frère tendit la main à sa cadette et ils finirent le chemin jusqu'à la maison ensemble.

La fête d'anniversaire fut joyeuse, simple mais magique. Les yeux bleu pâle de l'enfant pétillaient de bonheur, rien n'aurait pu troubler cette ambiance festive qu'ils avaient eu au déjeuner. L'après-midi, ils décidèrent d'aller à la plage, un peu plus en bas de la demeure familiale. Les heures passaient, les deux enfants s'amusaient à dessiner dans le sable fin. Mhiryo n'avait pas très bien compris à quoi cela servait : il suffisait d'une marrée haute ou d'un grand coup de vent pour tout détruire... C'est là qu'il avait décidé que l'art était éphémère... Comme la plupart des jolies choses... Les plus rares sont les plus belles...

La Nuit commençait à reprendre ses droits, petit à petit, et alors qu'il s'approchait du dessin qu'ils terminaient avec son caillou, une douleur magnifique s'infiltra dans sa tête. Il se figea. Son caillou tomba sur le sol avec un petit bruit sourd qu'il n'entendit pas. Seule dans sa tête, la douleur régnait en maîtresse sur lui et lui arracha un hurlement de douleur. Il prit sa tête dans ses mains, ses beaux yeux bleus noyés de larmes. Qu'est-ce qu'il lui arrivait ? Pourquoi avait-il si mal ? Il s'effondra sur le sol et se recroquevilla. Quelques minutes passèrent pendant lesquelles la douleur était de plus en plus présente. Jamais il n'aurait cru que l'on puisse souffrir autant... Sa vue se troubla et il eut l'impression de sombrer...

Le corps se redressa sur la plage. Rien n'était pareil. La bête regarda autour d'elle. Sa gorge le brûlait, une étrange envie le dévorait. Une envie de tuer, de sang... Il renifla plusieurs fois avant de se tourner vers trois humains qui lui faisaient face. S'il les tuait il pourrait passer cette envie... Il retroussa ses babines, et émit un grognement avant de se jeter sur l'homme. Certes il n'était pas encore très gros, mais les dégâts qu'il faisait étaient tout de même grave. Ses crocs cherchaient à se planter dans la peau tendre de sa proie, ses griffes labouraient la chair tendre de sa victime alors qu'elle ne cherchait pas à le tuer, lui c'était ce qu'il voulait. Son regard noisette se plongea un instant dans celui de son adversaire. Quelque chose lui disait au fond de lui qu'ils se connaissaient mais pourtant il n'en avait aucun souvenir et ne cherchait pas à s'en rappeler. Chacun lutait pour sauver sa vie ou celles de ceux qu'il aimait.

La rage grandissait de seconde en seconde. Cet humain l'énervait au plus haut point, il commençait à avoir l'avantage sur lui. Les deux autres étaient partis, ou ils étaient allés plus loin car il ne les voyait plus. Il s'en moquait, pour le moment seul comptait celui qui lui résistait. Ils s'éloignaient peu à peu du rivage, et au bout d'un moment il sentit quelque chose le lier. Il porta son attention sur ceci, se débattant contre les chaînes que l'homme lui avait passé sans qu'il s'en rende compte. Celui-ci s'éloigna, laissant le loup noir s'acharner après ses liens toute la nuit.

Mhiryo ouvrit les yeux avec difficulté. Il entendait des oiseaux chanter, mais ils semblaient loin, si loin... Il s’essaya sur le sable et regarda autour de lui. Des chaines le maintenait à des arbres, ses vêtements étaient imprégnés d'une odeur de sang. Le sol était labouré et sillonné de petits ruisseaux pourpres. Sa tête lui faisait mal et même s'il recherchait dans ses souvenirs il ne parvenait pas à remettre la main sur ce qu'il s'était passé...Tout ce dont il se souvenait, c'était cette effroyable douleur qui l'avait fait lâcher son caillou et qu'il s'était endormi... Il s'adossa à un arbre. Ils avaient l'air costaud et on aurait pu penser qu'ils avaient eu une vie difficile... En pensant cela, l'enfant ne pensait pas toucher la vérité... Il ferma les yeux et se laissa bercer par le bruit des vagues quand des bruits de pas se firent entendre. Pourtant il fallut un petit moment pour que la silhouette apparaisse... Son odeur était déjà aux narines du gamin qui ne comprenait pas... Caton s'arrêta en face de lui et resta immobile. De nombreux bandages le recouvraient... Qu'avait-il eu ? Qui l'avait mis dans cet état ?! Mhiryo se leva et écarquilla les yeux.

Il avait grandi... D'au moins une tête... Ce fut à ce moment qu'il prit conscience de quelques changements... Sous sa peau jouaient des muscles fins, délicats mais qui ne laissaient aucun doute sur leur puissance... Il se sentait plus robuste, plus fort, plus rapide... Son père le détacha et il se précipita vers la mer. Son visage était resté fin et identique à celui d'avant si ce n'était un léger détail... Son regard d'ordinaire bleu délavé était devenu auburn... Il se tourna vers Caton avec un regard interrogateur.

- Mhiryo... Il faut qu'on parle...

L'enfant se planta devant l'homme et attendit qu'il poursuive.

- Ecoute, ta mère était différente des autres femmes... Très différente... C'était ce que l'on appelle un loup-garou... Tu en as peut-être déjà entendu parler... Ce sont des personnes qui, les soirs de pleine Lune, se transforment en loup et qui tuent tout ce qu'il y a de vivant autour d'eux, que ce soit des amis ou des ennemis, ils ne voient pas la différence... Il fit une légère pose avant de continuer. En te mettant au monde, Alinya et moi savions que tu avais une chance sur deux de devenir comme elle... Et les années ont passé et tu ne te transformais pas alors on a pensé avec Ylénie que peut-être tu n'étais pas comme elle... Apparemment, on s'est trompé...

- Je suis comme elle alors...?

- Oui Mhiryo, tu es comme elle... Mais ne t'en fais pas ce n'est pas grave et...

- C'est moi qui t'es fait ça ? le coupa-t-il.

Caton acquiesça doucement.

- Je... Tu vas en devenir un, c'est ça ? Je... Je t'ai transformé ?

- Non imbécile ! Pour transformer quelqu'un il faut le mordre... Tu n'en as pas eu l'occasion...

Le garçon voulut répondre mais l'homme le poussa dans l'eau et il avala une grande gorgée d'eau salée.

- Nettoie-toi un peu ! Et on rentre...

Une larme roula sur sa joue et il s'exécuta. Il se dépêcha et rejoignit son père en courant. En arrivant à la maison, Mhiryo baissa les yeux, n'osant regarder sa soeur et sa belle-mère en face qui, à son grand étonnement le prit dans ses bras.

- Tu nous a fait peur Ryo... Si tu savais...

Elle l'embrassa sur la joue alors qu'il contenait un sourire triste.

- J'ai mal à la tête...

Un regard désapprobateur d'Ylénie et une réflexion de son père l'envoyèrent au lit. Il s'enfila sous les couvertures avec un soupire. Ses yeux se fermèrent et il commença à s'endormir quand un petit corps se pressa contre lui. Deux bras lui entourèrent le cou et la voix de soeur parvint à ses oreilles.

- Mhiryo ? Tu sais que tu es un beau loup ?

Un sourire amusé se peignit sur son visage et il finit par dormir...

~~~~~~~~
~ BREAK THE LIMIT
Realise your power. Fight your life or regret it. ~




Tigre, tigre ! brillant et brûlant,
Dans les forêts de la Nuit
Quelle main, quel oeil immortels
Purent fabriquer ton effrayante symétrie ?


° Dark Vador °
¤ Empereur Kiwi ¤
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniquesdouranos.forumactif.com
Mhiryo Itora
~ Fondateur ~
~ Fondateur ~
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 09/10/2010
Age : 22
Localisation : Archeos

Feuille de personnage
Pouvoirs: Transformation en loup noir avec des yeux noisettes
Age: 27 ans
Métier: Dirigeant du Sanctuaire, "Prof principal" du Pavillon du Soleil et de l’Égide

MessageSujet: Re: ~ La vie n'est pas un long fleuve tranquille mais un torrent contre lequel il faut lutter ~   Sam 5 Mar - 1:18

~ Citoyenneté : Devoir, Responsabilité, Droit... Autre Chose ? ~


Dix huit ans... Il venait de les avoir... Avant-hier pour être précis... Tant de choses s'étaient passées depuis sa première transformation huit auparavant... Certaines choses avaient changé comme le comportement des hommes envers sa soeur... Ceux-ci convoitaient un peu trop la jeune fille, et Mhiryo prenait un malin plaisir à les remettre à leur place. D'autres étaient restées les mêmes, immuables comme les montagnes : le couple que formait Ylénie et Caton était toujours égal à lui-même, au plus grand bonheur des deux frère et soeur. Quant à eux deux, leur lien n'avait fait que se renforcer de jour en jour, de Lune en Lune...
Mais tout ce petit train-train quotidien allait être perturber par l'entrée du jeune homme dans la vraie vie : son éphébie* allait commencer.

Danaé marchait dans le champ, l'air rêveuse. Elle n'avait pas entendu la bête au pelage nuit s'approcher d'elle avec discrétion. Le loup se frotta contre ses jambes en la regardant d'un air joueur. La jeune fille passa sa main entre ses deux oreilles, le faisant fermer les yeux de plaisir. Elle allait lui manquer, même s'il la reverrait tous les mois, enfin il espérait que son père arrive à persuader le centurion de le faire revenir chez eux...

- Mhiryo ! Dépêche-toi ! On y va !

L'animal reprit forme humaine, un faible sourire sur les lèvres.

- Tu sais... Tu vas me manquer..., déclara-t-il en prenant sa cadette dans ses bras. Si t'as d'autres imbéciles qui viennent te faire la cour, dis leur de repasser pendant les semaines de pleine Lune... On fera les... présentations...

Il l'embrassa sur le front et partit en courant vers le chemin de terre qui menait à la maison. Il enlaça sa "mère" et partit vers la capitale avec son père. Le trajet fut silencieux, aucun des deux hommes ne voulaient ouvrir la bouche ayant peur de perdre leur fierté. Arrivés à Herintes, ils prirent la direction du camp militaire, le sourire de Mhiryo s'élargissant de mètre en mètre. On leur indiqua la tente du centurion et ils pénétrèrent à l'intérieur.

La tente était assez spacieuse, décorée avec simplicité mais aussi avec goût, un léger silence y régnait brisé par les seuls bruits venant de l'extérieur. Assis sur un tabouret, derrière une table, un homme d'âge mûr les toisait. Caton avait baissé les yeux, pas Mhiryo qui attendait simplement que le regard du centurion croise le sien, ce qui ne tarda pas. Le jeune homme le fixa droit dans les yeux, sans cillé un instant. Au bout de quelques minutes le militaire lâcha prise, se raclant la gorge pour s'éclaircir la voix.

- Asseyez-vous... Que puis-je pour vous ?

Les deux autres s'exécutèrent et le plus vieux répondit :

- Nous venons ici pour l'éphébie de mon fils...

Le centurion détailla encore une fois le jeune homme d'un regard suspicieux.

- Il n'est pas assez grand pour s'en occuper tout seul ?

- Si... Bien sûr mais je viens soumettre une requête le concernant lui et son service... Et les anciens ayant plus de crédibilité que les jeunes...

- Je vous écoute.

- J'aimerais comme mon fils revienne chez nous une semaine par mois..., commença Caton. Pour être précis la semaine où il y a les pleines Lunes...

Le regard du militaire se fit perçant et il dit d'un ton accusateur.

- Votre fils ne serait pas un loup-garou par hasard ?

Mhiryo éclata de rire à ses paroles, et déclara entre deux éclats :

- Enfin voyons monsieur, tout le monde sait que les loup-garous ont été inventés par les aèdes pour effrayer les enfants et rendre le récit plus intéressant... Il se reprit quelque peu. Ne me dites pas que vous y croyez ?

Il était redevenu parfaitement sérieux et calme, comme si son rire n'avait jamais existé et fixait à nouveau l'homme assis.

- Non, bien sûr que non... J'ai passé l'âge... Enfin, je peux savoir les raisons de ce retour à la maison mensuel ?

- Non. Les raisons sont personnelles, privées. Votre grade ne vous permet pas de le savoir, répondit encore le futur citoyen.

- Je verrai ce que je peux faire..., soupira le militaire en fronçant les sourcils. Dites-moi jeune homme, honorez-vous les Dieux ?

- Bien sûr ! Comme tout le monde... ou presque...

- Très bien... Avez-vous des Dieux que vous honorez plus que d'autres ?

Il déclara joyeusement à son interlocuteur.

- En effet, j'ai quelques préférences...

- Puis-je les connaître ?

- Cela ne vous regarde en aucun cas, donc non, trancha-t-il sèchement. Puis il reprit d'un ton enfantin, d'autres questions ?

- Juste deux... Votre nom et prénom ? Ah et vous êtes docile ou rebelle ?

Un large sourire éclaira le visage fin de Mhiryo.

- Mhiryo Itora monsieur... Et pour votre deuxième question, je suis les deux...

- Je ne vous ai pas demandé ce que vous pouviez être...

- Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit monsieur...

Le ton du jeune homme était devenu menaçant et Caton poussa un léger soupire désespéré. Son fils était tellement étrange... Encore plus que sa mère... De toute sa vie, jamais il n'avait rencontré quelqu'un d'aussi compliqué, lunatique et imprévisible et il devait bien l'admettre, le cerner était encore impossible pour lui.

- Vous voyez une différence entre ce que j'ai dit et ce que vous avez dit ? demanda le centurion.

- Oh que oui ! Et une différence de taille. Vous avez dit que vous ne m'avez pas demandé ce que je pouvais être, en aucun cas je vous ai dit ce que je pouvais être... Ecoutez les gens lorsqu'ils vous parlent. La différence existe au niveau du "pouvoir être" et du "être". Lorsque l'ont peut être les deux c'est alternativement : un moment docile, un moment rebelle. Moi j'ai dit que j'étais les deux, donc que je suis rebelle tout en étant docile, et inversement. A quoi ça sert de le préciser ? A vous prévenir...

Un silence pesant s'installa dans la tente. Les trois hommes se fixaient et restaient silencieux quand l'homme assis se leva.

- Bon, vous pouvez partir... Enfin, pas vous Mhiryo, vous restez puisque vous commencez dès maintenant votre service... Monsieur, vous lui rapporterez quelques affaires qui pourront lui servir... Quant à toi jeune homme, tu vas devoir trouver un endroit où dormir : soit un autre éphèbe aura l’amabilité de partager sa tente avec toi, soit tu devras te débrouiller.

Ils se saluèrent brièvement et les deux quittèrent la tente. Caton s'arrêta un peu plus loin, imité par son fils.

- Tu peux pas t'empêcher de te faire remarquer... C'est plus fort que toi ! T'as quoi dans le crâne ?! Je te signale qu'il est ton supérieur ! Alors arrête de faire l'imbécile !

- Moi aussi je t'aime papa...

Le père prit son enfant, qui était maintenant un adulte, dans ses bras. La maison allait être calme et vide sans lui pour faire l'idiot... Heureusement qu'il viendrait une fois par mois, même si c'était lors de ses transformations...

- Comporte-toi bien... Il est encore tôt, tu ne vas pas manger avant midi... Essaye de ne dévorer personne jusqu'au repas !

Mhiryo acquiesça et regarda son père s'éloigner... Une nouvelle vie l'attendait... Loin d'être aussi calme que la précédente...

~~~~

Le repas était terminé depuis quelques temps. Le vent soufflait légèrement, faisant tourbillonner les cheveux noirs de l'éphèbe. La cuisine était nettement moins bonne que celle d'Ylénie mais il ne devait pas tout comparer avec son passé sinon il n'en finirait pas et regretterait d'être parti... A l'écart des autres, il regardait ce qu'il se passait autour de lui avec indifférence quand des éclats de voix lui parvinrent. La voix d'un homme, puis d'un autre apparemment du même bord... Le jeune homme se leva et prit la direction des voix. Il s'arrêta un peu avant son but, une marrée de jeunes personnes bloquant son avancée. Il se glissa parmi eux et se retrouva aux premières loges du "spectacle". Deux molosses s'en prenait à un jeune homme. Le physique de ce dernier surpris un peu l'aldarien : si sa peau était mate comme comme celles des habitants d'Oaris, ses cheveux étaient d'un blond très clair et ses yeux... On aurait pu les confondre avec ceux de Mhiryo avant sa transformation, un bleu pâle, délavé, pétillant... Un étrange sourire se profila sur les lèvres du nouvel arrivant. Cet homme était vraiment très beau... Que lui voulaient donc ces deux brutes ?
La colère qui n'avait pas explosé sous la tente du centurion se ravivait doucement, poussant Mhiryo a aller prêter main forte au blondinet... Ce qui étonna les autres...

- Eh te mêles pas de ça le morveux ! Retourne téter ! s'exclama un des deux costauds.

Le loup ne répondit rien, se contentant de se rapprocher de celui qui l'avait provoqué sous le regard surpris de l'inconnu aux yeux bleus. L'avantage d'être loup-garou, Mhiryo l'avait vite compris et l'avait vite exploité... L'instinct... Beaucoup plus développé que chez les humains ordinaires, il était très utile lors de bagarre, surtout lorsque l'on sait que les gens de cette espèce sont plus robustes, plus forts... Des atouts qui compensaient la folie meurtrière qu'il devait subir tous les mois...
Trois coups... Ce fut ce nombre de frappes que le jeune homme eut besoin pour mettre à terre son adversaire et pour que celui ne bouge plus. L'autre le toisa avec mépris.

- Tu ne sais pas à qui tu as à faire... Tu le regretteras...

Et il se détourna, traversant la foule devenue muette. Mhiryo fronça les sourcils. Il devait être discret... Pas se faire remarquer... Il se crispa et partit dans la direction opposée, la frustration l'envahissant de plus en plus. Il s'éloigna du camp, restant seul tout le reste de la journée...

~~~~


Le soleil avait décliné, il n'était plus qu'un demi-disque flamboyant au dessus du royaume de Poséidon. Pas un bruit n'était audible si ce n'était le fracassement des vagues sur le sable fin. Les oiseaux étaient silencieux, l'atmosphère était apaisée. A genoux face à Hélios, la tête baissée, Mhiryo priait. Il priait pour les Dieux, sans différence. Il releva la tête un instant puis la rabaissa. Cette fois-ci il fit trois prières, chacune visant un Dieu bien particulier. Des protecteurs, des guides, des instructeurs... Voilà ce que voyait le jeune homme à travers ces trois divinités. Il arrêta sa dernière prière, un sourire amusé aux lèvres.

- C'est mal d'espionner les gens... déclara-t-il.

Le jeune homme blond de l'après-midi apparut enfin, passant sa main derrière sa nuque d'un air gêné.

- Désolé... Ce n'était pas ma première intention...

- Alors qu'est-ce que c'était ?

- Je voulais te remercier... Pour cet aprèm... C'était sympa...

- Bah... C'était rien...

Il affichait un air blasé, une main sur les hanches, l'autre était libre. Ses yeux noisette se posèrent sur l'individu en face de lui. Il était vêtu d'une simple tunique blanche en lin qui tranchait à merveille avec sa peau plus foncée. L'air gêné qu'il affichait amusait Mhiryo... Quel âge avait-il vraiment ? Le même que lui ? Ou était-il dans sa deuxième année ? Il n'eut pas le temps de formuler sa question à voix haute que l'inconnu reprenait :

- Tu priais... Si ce n'est pas indiscret, est-ce que je pourrais savoir à qui elles étaient adressées ?

Il fit une légère pose avant de continuer.

- Mes parents m'ont toujours dit que l'on apprenait beaucoup des gens en sachant les Dieux qu'ils prient souvent... Alors, j'aimerais savoir ce qu'il en est pour toi...

- Eh bien j'honore trois divinités en particulier... Arès le buveur de sang... Athéna aux yeux pers... et Apollon à l'arc d'argent... Te voilà renseigner... Et toi ?

L'aldarien s'était rapproché de son interlocuteur et attendait une réponse avec un léger sourire. L'autre attendit un instant avant de répondre en souriant à son tour.

- On ne penserait pas que tu honores ces Dieux... Enfin, Apollon si... Il t'as offert sa beauté donc c'est normal, ria-t-il. C'est étrange, toutes ces divinités ont un côté très violent... Arès aucun doute, Apollon est un dieu vengeur et très cruel et même Athéna qui semble "douce" partage avec Arès le nom de destructeur de ville... Comme quoi, ils cachent bien leur jeu... Il lança un regard rempli de sous-entendu à Mhiryo avant de poursuivre. Moi... Ma fidélité va droit à Aphrodite et à Dionysos...

Ils se regardèrent un instant avant d'éclater de rire. Ils étaient tellement différents... Pourtant un élan de sympathie pour ce jeune homme parcourait Mhiryo. Pourquoi ne deviendraient-ils pas amis ?

- Au fait, excuse-moi je ne me suis même pas présenté... Iule... Iule Laetus...

Il lui tendit une main que le loup s'empressa de saisir avec un sourire.

- Mhiryo Itora... Pour te servir, rajouta-t-il avec un clin d'oeil.

- Eh, t'as pas d'endroit pour loger pas vrai ?

L'éphèbe acquiesça d'un mouvement de la tête.

- Si tu veux tu peux venir dans ma tente... Je suis tout seul... Et je ne ronfle pas...

Un nouvel éclat de rire se fit entendre et ils repartirent vers le camp, bras dessus bras dessous...


* : L'éphébie sur Ouranos n'est pas exactement la même que chez les Athéniens.Les deux années sont faites pour l'armée et plus rarement les éphèbes peuvent aider pour la réparation de bâtiments, etc. Mais c'est plus rare. Le serment est prononcé peu de temps après l'entrée contrairement à l'éphébie de base où le serment est prononcé après un an d'ancienneté. L'éphébie respecte les mêmes règles dans les six pays.

~~~~~~~~
~ BREAK THE LIMIT
Realise your power. Fight your life or regret it. ~




Tigre, tigre ! brillant et brûlant,
Dans les forêts de la Nuit
Quelle main, quel oeil immortels
Purent fabriquer ton effrayante symétrie ?


° Dark Vador °
¤ Empereur Kiwi ¤
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniquesdouranos.forumactif.com
Mhiryo Itora
~ Fondateur ~
~ Fondateur ~
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 09/10/2010
Age : 22
Localisation : Archeos

Feuille de personnage
Pouvoirs: Transformation en loup noir avec des yeux noisettes
Age: 27 ans
Métier: Dirigeant du Sanctuaire, "Prof principal" du Pavillon du Soleil et de l’Égide

MessageSujet: Re: ~ La vie n'est pas un long fleuve tranquille mais un torrent contre lequel il faut lutter ~   Sam 16 Avr - 22:19

~ Un Coureur De Jupons... Étrange ? ~


Herintes... Pour les Aldariens, elle est le joyau du pays. Magnifique capitale, elle resplendit sous le Soleil et luit sous la pluie. Tant de richesses y parviennent, tant de couleurs et de diversité dans le marché... Une ville sans défaut... Ou presque. Car qui dit capitale, dit ville et qui dit ville... Dit lieu de débauche... Herintes, malgré sa beauté, n'échappe pas à cette règle. Tavernes, maisons closes, et beaucoup d'autres endroits pullulent à travers la cité. Certains ignorent tout de leur existence, d'autres font mines de ne rien savoir... Et d'autres encore ne se cachent pas d'en connaître les secrets.

Parmi tous ces bars, l'un accueillait presque quotidiennement deux jeunes éphèbes. Enfin, taverne bar... Ce nom ne correspond pas trop... Auberge conviendrait mieux, étant donné les chambres pouvant être louées à l'étage.
Depuis son arrivée au camp, Mhiryo avait vite pris l'habitude de traîner dans les endroits "malfamés" de la capitale, traînant derrière lui son ami Iule. Ce dernier n'était pas très à l'aise au début mais avait finit par s'habituer à ces étranges sorties. Et aujourd'hui encore, il patientait en compagnie de jeunes femmes et du patron de l'auberge, attendant le retour de son camarade. Oui, car à chaque passage, le jeune loup choisissait une victime à mettre dans son lit. Femmes... Hommes... Peu lui importait et pourtant...

A l'étage, dans une chambre éclairée par une seule bougie, deux corps étaient enlacés sur le lit. Un étrange silence pesait dans la pièce quand une voix féminine le brisa.

- Mhiryo... J'ai attendu ce moment pendant trois mois... Tu vois ce que cela représente n'est-ce pas ? Bon, j'ai faillit renoncer à attirer ton attention quand tu as enfin décidé de faire attention à moi et là... Là je n'ai plus mes vêtements, je t'ai déjà demandé, je te le demande encore une fois... Puisque tu n'as rien répondu les fois présentes... On passe aux choses sérieuses, oui ou non !?

La jeune femme s'était dégagée de l'étreinte de son partenaire et le fixait avec agacement. Oui, elle connaissait la réputation de ce coureur de jupons... Qui ne la connaissait pas... Car malgré toutes ses conquêtes, cet éphèbe n'était jamais passé à l'acte. Cela l'avait amusée au départ, elle s'était demandée comment c'était possible puisque chaque nuit une personne différente passait dans ses bras. Il fallait l'admettre, il se débrouillait horriblement bien, et elle avait eu l'impression de rêver sous ses caresses... Non... Elle avait rêver... Seulement, il manquait la fin, et cela la frustrait au plus au point, alors que lui semblait être pleinement satisfait...
Le jeune homme, quant à lui, resta longtemps immobile. Il connaissait déjà la réponse qu'il allait donner à Lucia. Il se redressa, puis se mit au dessus d'elle et l'embrassa avec fougue avant de sortir du lit. Il remit sa tunique sur le dos, souffla la bougie qui plongea la pièce dans le noir et sortit, laissant derrière lui la jeune femme. Il arriva près du comptoir et sauta sur Iule avec un large sourire qui s'effaça quand son ami prit la parole, après avoir entendu un cri de rage provenant de l'étage.

- Qu'est-ce que tu lui as fait Ryo ?

- Rien, et c'est justement ça qui la gêne... Bah, elle savait de toutes façons, c'est sa faute, pas la mienne. Elle est venue en connaissance de cause.

L'éphèbe fronça les sourcils.

- Tu pourrais au moins t'excuser ou regretter... Tu brises les gens, et tu t'en rends même pas compte ! Y a des tas de filles, de mecs qui rêvent que de toi, t'en as conscience au moins ?! Et toi, tout ce que tu trouves à faire c'est leur faire voir de faux espoirs en acceptant leur proposition ou en les attirant...

- T'en fais trop. Toi aussi tu couches avec des gens... C'est pareil !

- Non, pas du tout. Il prit Mhiryo par le bras et l'entraîna à l'extérieur. La différence c'est que moi, de un : j'ai beaucoup moins de prétendant(e)s. De deux, quand je vais avec quelqu'un... Je vais jusqu'au bout ! Ça se fait pas de s'arrêter comme ça, en plein milieu... C'est comme un repas sans dessert quoi !

Le brun éclata de rire en entendant la comparaison du blondinet. Oui, en effet, vu comme cela, la chose paraissait des plus horribles. Mais, qu'est-ce qu'il y pouvait ? Encore, d'un côté, qu'il se bloque avec des femmes s'étaient compréhensibles quand on savait qu'il était un loup-garou. Aller jusqu'au bout pouvait rendre les femmes enceintes, et bien qu'il s'en moque, quelque part cela l'aurait franchement embêté d'avoir un enfant avec une quasi-inconnue et que celui-ci puisse devenir à son tour un loup. Mais dans ce cas pourquoi ce même soucis avec les hommes ? Eux ne risquaient rien... Mhiryo en avait déduis qu'il y avait autre chose, une chose qu'il ignorait mais qui jouait un rôle important.

Arrivés à leur tente, les deux jeunes hommes se couchèrent quand une idée traversa l'esprit du loup. Depuis qu'il était arrivé et qu'il avait "sauvé" Iule, Caius le cousin de son ami qu'il avait maté avec son empoté de bras droit, ne cessait de les taquiner... Pour rester poli... Depuis un moment il cherchait un moyen de se venger, et cette soirée venait de lui faire voir une perspective de vengeance des plus intéressantes...

Il se glissa hors de sa couche, s'approcha de celle où son colocataire s'endormait et se faufila à l'intérieur, arrachant un cri de surprise l'autre.

- Non mais ça va pas ! T'es complètement malade ! Vire de là !

Mhiryo le regarda avec supplication, et comme son camarade ne pouvait le voir il accompagna son regard d'un petit couinement, imitant les chiens qu'il avait croisé et Iule poussa un soupire.

- Qu'est-ce que tu me veux encore ? Je te signale qu'on doit bientôt se lever et que j'aimerais dormir un minimum avant l'aube...

- J'ai trouvé un moyen de faire "souffrir" ton trèèès cher cousin...

Tout en parlant, il avait enlacé le jeune homme au teint mate et le serrait contre lui, faisant monter le rouge aux joues de son interlocuteur. Certes, il aimait beaucoup le jeune loup et le fait qu'ils partagent une même tente les avait rapprochés... Mais cette proximité le gênait un peu, beaucoup plus en tout cas que ce qu'il avait supposé.

- Ah... Et euh... C'est... Comment tu veux faire ?

- Tu m'as bien dit tout à l'heure que je faisais souffrir les gens en leur montrant de faux espoirs... Mais ça n'a pas l'air de les empêcher de venir vers moi... Y a qu'à faire pareil avec Caius !

Iule resta un certain temps perplexe. Il essayait de réfléchir à l'idée de Mhiryo du mieux qu'il pouvait seulement, le visage de celui-ci enfouit dans son cou l'en empêchait. Pourquoi fallait-il toujours que cet homme le mette dans des situations embarrassantes ? Il finit par avoir une étincelle et prit la parole, se voulant plus sûr de lui que la fois précédente.

- D'accord... Mais y a un problème je crois... Caius n'aime que les femmes...

Un sourire malicieux fit son apparition sur les lèvres de l'éphèbe le plus jeune qui répondit avec malice.

- A ta place, j'en serais pas si sûr que ça...

Il se cala contre son ami et commença à partir dans le monde des rêves en repensant aux soirées d'orgies organisées quelques jours plutôt. Iule n'y était pas allé, mais lui si. Et cet imbécile de cousin avait eu la mauvaise idée de le draguer... Si Mhiryo n'y avait pas fait attention sur le coup, il remercia les Dieux et son ami de lui avoir remis les idées en ordre. Après cette brève prière, il s'endormit... immédiatement.

- Ryo... Mhiryo ? Dis-moi que tu dors pas... Ça va pas être possible Ryo, retourne dans ton lit...

L'étreinte de l’aldarien se resserra encore plus, étouffant presque l'humain qui était captif à l'intérieur. Vraiment, mais qu'est-ce qu'il lui avait prit de fréquenter cet individu ?


~~~~~~~~
~ BREAK THE LIMIT
Realise your power. Fight your life or regret it. ~




Tigre, tigre ! brillant et brûlant,
Dans les forêts de la Nuit
Quelle main, quel oeil immortels
Purent fabriquer ton effrayante symétrie ?


° Dark Vador °
¤ Empereur Kiwi ¤
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniquesdouranos.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ~ La vie n'est pas un long fleuve tranquille mais un torrent contre lequel il faut lutter ~   

Revenir en haut Aller en bas
 
~ La vie n'est pas un long fleuve tranquille mais un torrent contre lequel il faut lutter ~
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La vie n'est qu'un long fleuve tranquille (ou pas)
» Quand la vie est un long fleuve tranquille.... (Libre)
» La vie est un long fleuve tranquille.
» La vie, un long fleuve tranquille ?
» Louise - "La vie n'est pas un long fleuve tranquille…"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les chroniques d'Ouranos :: Avant de jouer... :: Les Parchemins-
Sauter vers:  
Theme by Xéno Lorenz - Do not rip - All rights reserved - ©2008 Les Chroniques d'Ouranos//Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit